Bourgogne

François-Henri Soulié : « Merci au jury, qui a fait preuve de bon goût en choisissant mon roman »

En dehors des réalisateurs et des acteurs sans lesquels point de films policiers, le Festival du film policier de Beaune met aussi à l’honneur ceux sans qui, parfois, il n’y aurait pas de scénario : les écrivains.

Cette année, les organisateurs du Festival ont souhaité mettre à l’honneur François-Henri Soulié, qui s’est vu décerner le Prix du Premier Roman policier 2016 par Violaine Chivot (éditions du Masque*), pour Il n’y a pas de passé simple**.

Très à l’aise, François-Henri Soulié a tout d’abord déclaré qu’il aurait « préféré que ce soit le héros de son roman » que l’on honore. Pour ne pas avoir à assumer « le rôle délicieusement accablant » qui lui était dévolu ce mercredi soir : être sous le feu des projecteurs.

Puis, avec un humour et un flegme très britanniques qui n’ont pas manqué de ravir l’assistance, François-Henri Soulié a tenu à remercier tous ceux sans qui il n’aurait pu être ainsi primé : « La Poste, qui n’a pas égaré mon manuscrit » ; « La SNCF qui, malgré tous ses efforts, n’a pas réussi à me faire rater mon rendez-vous avec vous ce soir » ; le jury, « qui a fait preuve de beaucoup de bon goût en choisissant mon roman ».

En attendant de pouvoir remercier les organisateurs du Festival d’avoir permis que son roman puisse être un jour porté à l’écran par l’un des réalisateurs présents dans le public ?

S.P.A.B.

* http://www.editions-jclattes.fr/le-masque

** http://polars.pourpres.net/polar-21108-editions

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche