Opinion de droite

Les élus FN à la région Bourgogne-Franche Comté réaffirment "la défense du service public du rail"

 

- COMMUNIQUÉ -


Lors de la dernière séance plénière du 31 mars 2017, le Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté a évoqué l'ouverture à la concurrence. Elle est prévue pour 2023 dans toute la France, mais l’exécutif souhaiterait prendre les devants et pouvoir faire des expérimentations dès 2021.

En effet, alors que nous nous plongions dans le lourd dossier du renouvèlement de la convention commune Région-SNCF, devant entrer en vigueur le 1er janvier 2018, Éric Cinotti, directeur SNCF régional, s'est retrouvé face aux élus régionaux.
Ce dernier a eu pour tâche de nous « vendre » l’action de la SNCF, ses réussites comme ses ambitions, puisque l’entreprise cherche légitimement à se placer en pole position avant l'ouverture du marché du trafic ferroviaire à la concurrence.

Alors que notre Région souffre déjà des effets de la mise en concurrence absurde de notre industrie, bercée par les promesses des politiciens de tous bords, l’Union Européenne poursuit son travail de destruction de nos services publics. La Commission Européenne souhaite achever de libéraliser le secteur du rail dans notre pays, en ouvrant à la concurrence le transport commercial des passagers.

Cette mesure va inévitablement priver la SNCF de parts de marché sur ses lignes les plus rentables, affaiblir une santé financière déjà fragile et donc mettre en péril ses autres activités.
C’est toute la logique du service public qui est ici brisée. Les lignes les moins rentables continueront de fermer, accélérant un peu plus la désertification rurale !

Si Michel Neugnot, dans la droite ligne de ses convictions destructrices, nous vantait vendredi avec ferveur des « cars Macron » qui sapent pourtant les résultats et les finances de la SNCF,
prendre les devants dans le démantèlement de nos services publics est une étape supplémentaire dans la destruction de notre modèle national.
Parti Socialiste et Républicains appliquent fidèlement les diktats de l’UE au détriment de notre Région, des Bourguignons et des Francs-Comtois qui n’y gagneront rien : ni emplois, ni baisse des prix, ni meilleure qualité du service !

Ainsi, le groupe Les Patriotes – Front National réaffirme sa position de défense du service public du rail, dans l’intérêt de tous les Français et en particulier de ceux qui sont abandonnés à leur sort dans l’ensemble de nos campagnes.


Les élus du groupe Les Patriotes – Front National

 

 

Annonces