Opinion de gauche

Philippe Baumel dubitatif au sujet d'Alstom

Alstom : des commandes et puis..

 

Il ne faut pas bouder son plaisir suite aux annonces du gouvernement concernant les commandes de TGV de la part de l’Etat tout autant que pour celles à venir de la SNCF. C’est essentiel ! Cela permet par l’action du gouvernement d’obtenir que le creux du plan de charge qui courrait sur deux ans et demi pour le site de Belfort soit effacé et cela engendre aussi du travail pour notre site au Creusot. C’est une bonne chose !
Pourtant, à mon sens, le véritable enjeu qui est celui du produire en France, lorsque l’on est un groupe français, dont l’Etat est actionnaire à 20%, reste posé. De très importantes commandes ont été enregistrées ces derniers mois à l’international mais leur impact sur certains sites Français reste faible, voire anecdotique. Cette stratégie du produire toujours plus ailleurs qu’en France, pour un groupe largement soutenu par l’Etat et qui a bénéficié notamment du CICE (pour 9 millions d’euros cette année) reste à clarifier. Comment accepter que même pour des commandes liées à la SNCF certains trains ou locomotives de fret soient fabriqués ailleurs que sur le territoire national.
Enfin ou est la cohérence en matière de politique ferroviaire dans notre pays ? Les nouvelles rames TGV commandées aujourd’hui circuleront étrangement sur des voies qui ne seront pas adaptées, ce qui annulera pour le passager l’intérêt de ces trains ; la vitesse restant limitée. Sans oublier que le TGV et le TER, via la loi Macron, sont soumis à la concurrence des bus dont l’impact sur le trafic passager se fait déjà sentir.
Les commandes du gouvernement sont utiles, confortent l’activité et l’emploi mais, sans vision d’ensemble, sans stratégie de filière au plan national et international les décisions d’opportunité d’aujourd’hui ne pourront faire les succès durables que méritent nos  produits et ceux qui les conçoivent. 
Philippe BAUMEL
Député de Saône-et-Loire 

 

Météo locale

Recherche

Mode et beauté