Opinion de gauche

"Nous voulons faire entendre une autre voix qui ne soit pas celle de la désespérance"

Déclaration de candidatures de

Serge DESBROSSES et Sylvie LEFEVRE

Candidats aux élections législatives des 11 et 18 juin 2017

3ème circonscription de Saône et Loire

 

Les communistes du Creusot et de la 3ème circonscription m’ont demandé d’être leur porte-parole dans les élections législatives, avec ma camarade Sylvie LEFEVRE de Givry, les 11 et 18 juin 2017.

Nous sommes tous deux salariés, travaillant dans le service public, moi comme technicien territorial, Sylvie à GRDF au service marketing gaz.

Je suis élu de la ville du Creusot, adjoint en charge des finances et du budget et des relations avec les associations patriotiques, Sylvie est militante syndicale et politique sur Chalon sur Saône.

Nous voulons porter les vraies valeurs de Gauche dans cette élection. En 2012, nous avions œuvré pour un changement, il n’a manqué aucune voix des 4 millions d’électeurs communistes et du Front de Gauche à F. HOLLANDE. Malheureusement ce dernier a cédé aux sirènes libérales, avec M. VALLS : 40 milliards d’argent public donnés au MEDEF ; passage en force de la loi El Khomri (qui démolit le Code du Travail) avec l’article 49/3 au mépris du parlement, cet article devrait être aboli.

Nous voulons faire entendre une autre voix qui ne soit pas celle de la désespérance, qui ne laisse aux électeurs d’autres choix qu’une droite réactionnaire, incarnée par F. FILLON (voir ses projets sur la casse de la Sécurité Sociale) ou l’extrême droite de Mme LE PEN. Nous dénonçons cette course à l’échalote entre la droite et l’extrême droite.

Nous voulons en finir avec le discours selon lequel il n’y aurait pas d’autres solutions que l’austérité, les sacrifices toujours pour les mêmes : à savoir les petites gens, les classes moyennes, comme si la France était un pays arriéré, voué à la régression inéluctable,  qu’il faille toujours et encore plus de recul social pour les plus modestes avec la casse des Services Publics

La réponse aux besoins sociaux relève d’une volonté politique dans un pays aussi riche que la France, 5ème puissance économique mondiale. Tout le monde investit en France, la Chine, les Etats- Unis, le Quatar, l’Italie, …

Il faut en finir avec le dénigrement de notre pays.

La France est une terre d’innovations, d’industries, un fleuron de Technologies, de savoir-faire inégalés dans les entreprises, l’artisanat, les TPE en passant par les PME.

Les entreprises du CAC 40 sont en tête du palmarès européen des dividendes versés aux actionnaires ; mais elles ne paient pas d’impôts. !!!!

Si on n’impulse pas une autre politique, ce qui suppose une vraie volonté de changement, les inégalités continueront de grandir, produisant 6 millions de chômeurs, demandeurs d’emplois et 9 millions de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté.

Pour changer, inverser ces orientations rétrogrades, il faut une majorité d’élus déterminés à se battre politiquement :

  • Remettre en cause les traités européens (qu’ont accepté Hollande - Fillon) signé par la France, droite et PS ensemble, qui permet de faire passer près de 50 milliards d’euros des caisses de l’Etat, à celles des entreprises sans aucune contrepartie.
  • Il faut se battre pour garder et développer le potentiel industriel.
  • Cesser de financer les groupes industriels sans contrepartie d’emploi, de social
  • Il faut réellement reprendre le pouvoir sur la finance : (Hollande l’avait promis, puis vite oublié), pour un meilleur partage des richesses. Ceci implique d’investir massivement dans :
  • La santé, l’éducation, la culture, la recherche, les infrastructures de transport collectif (trains, métros, trams) pour un meilleur environnement ainsi que développer le ferroutage afin de désengorger les autoroutes, permettre de limiter la pollution carbone, et aussi éviter la détérioration des routes.
  • Remettre du Service Public pour éviter les « déserts » médicaux et économiques.
  • Accentuer la recherche pour les énergies renouvelables en y mettant enfin les financements nécessaires.
  • S’opposer auTAFTA et le CETA qui vont porter un coup fatal à ce qui reste de souveraineté alimentaire européenne.
  • Lutter plus énergiquement contre les paradis fiscaux pour rapatrier les 80 milliards de fraude fiscale. Aider les TPE et PME, l’artisanat par la modulation des charges et faire payer le CAC 40.
  • Se battre pour changer l’Europe, pour une Europe sociale, démocratique, solidaire, et non une Europe au service de la Finance, qui s’assoie sur le vote des peuples, comme en 2005.
  • Nous voulons un processus de refondation progressiste du projet européen. C’est une idée qui monte dans l’Union Européenne. C’est le seul moyen pour faire reculer les mouvements d’extrême droite, néo fascisants qui jouent sur les peurs, la haine de l’autre.
  • Nous voulons redonner la parole aux citoyens.
  • Rééquilibrer les pouvoirs entre Présidence et Parlement.
  • Faire sauter le 49/3 anti-démocratique, limiter les mandats et contrôler l’Exécutif par le législatif.

 

En conclusion :

nous voulons en finir avec la « monarchie » présidentielle (on arrive au bout du bout) et mettre  en chantier la 6ème République

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche

Mode et beauté