Opinion de gauche

Vœux des élus communistes et républicains de Saint Rémy.

L'année 2017 sera placée sous le signe de la Sociale extrait du titre du film de Gilles Perret Vive Sociale diffusé avec beaucoup de succès actuellement et qui relate l'histoire de la création de notre sécurité sociale par le ministre communiste Ambroise Croizat en 1945.

La Droite avec le programme de Mr Fillon, avec l’inhumanité sociale qui la caractérise a promis d'en faire disparaître son principe si elle revenait au pouvoir. La ministre de la santé a estimé que cela se traduirait pour ceux qui le pourraient par un surcoût de 3200 € par an au minimum.

Les autres plongeront dans la misère et l'insécurité sociale, d'autant plus qu'elle a promis dans le même temps aussi de ne plus aider à plus de 75 % du SMIC tous ceux qui seront sans travail. Le SMIC net aujourd'hui après une revalorisation scandaleuse du gouvernement de quelques centimes est de 1153 €, 75 % correspondant à moins de 870 €.

Qui peut vivre ou survivre avec cela ? Les communistes proposent une revalorisation immédiate de 23 % du SMIC et d'aller vers les 1700 € net.

Cela est possible dans une France où les plus riches sont de plus en plus riches et où les profits explosent et où en moyenne le revenu des patrons du CAC 40 dépassent 500 fois le SMIC.

Plus de justice dans le monde aussi est possible dans le monde où les 500 les plus riches détenaient le 27 décembre dernier 4 400 milliards de dollars, soit 5,7% de plus qu'il y a un an. C'est d'une autre répartition juste des richesses dont la France et le monde ont besoin.

Baisse des dotations de l'Etat aux collectivités locales. C'est irresponsable et injuste.

La baisse de moitié des efforts budgétaires demandés par l’État aux communes, se poursuit. Engagée par Nicolas Sarkozy, et non abrogée par le gouvernement Hollande, soutenue par la majorité municipale de droite de Saint Rémy ampute la dynamique de développement.

Comment une ville peut-elle à la fois construire et accompagner son développement sans disposer des moyens pour financer la réalisation des services publics indispensables : écoles, crèches, centre de loisirs ?

Sous les municipalités précédentes, Saint Rémy a grandi pas à pas aux fils des mandats, patiemment, pour  bénéficier aujourd’hui, d’écoles de qualité, d’activités sportives, culturelles, associatives d’une richesse formidable, un patrimoine et un environnement à conforter. Pourrons-nous garder encore longtemps cette richesse commune tournée vers les autres, pourrons nous garder les actions de solidarités envers les plus âgés ?

 

 

Depuis l’élection de la droite LR à Saint Rémy,

  • les associations ont vu leurs subventions diminuer drastiquement. Ce sont les associations organisées et servies par les bénévoles qui -pour la plupart- servent d’amortisseur à la crise en proposant des services gratuits ou à coût très bas à la population de la commune.

Réduire les subventions des associations revient donc à aggraver les effets de la crise en particulier pour les familles les plus vulnérables.

 

  • Les emplois statutaires ont également vu leur nombre diminuer. Après les nombreux départs constatés depuis les élections municipales de 2014, tous les emplois n’ont pas été remplacés et pour certains, le contenu a été transféré à des entreprises privées comme l’éclairage public par exemple…
  • Jusqu’ici fierté de la ville pour son apprentissage de la nage aux élèves,  lors des temps scolaire, la piscine a vu ses plages  d’ouverture se rétrécir comme peau de chagrin pour ne plus consacrer depuis juin dernier que quelques petites heures à la prévention des noyades.

 

De plus, Madame la maire a une tendance forte à confondre majorité et exclusivité : en effet, dès qu’un sujet peut être contesté par l’opposition, Madame PLISSONNIER oublie de convoquer les commissions où le débat pourrait intervenir ou, pire encore, oublie de convoquer les élus de la minorité, voire les associations comme ce fut le cas récemment pour la maison de la musique lors du baptême au nom de Florent PAGNY !!!

 

Eloigner les citoyens, les acteurs du monde associatif et la minorité municipale des lieux de décision est une attitude dangereuse à l’heure où les citoyens ne supportent plus de se voir imposer des réformes dont ils ne veulent pas.

Respecter les habitants de notre ville, c’est travailler avec eux les associer aux réflexions avant les prises de décisions ! 

Sans l’intervention des habitants des quartiers concernés les transports urbains n’auraient pas trouvé une esquisse de réponse. Félicitations à eux.

 

L’année 2017 sera décisive pour notre pays avec les élections présidentielles et législatives. Quelles que soient les convictions de chacun, nous devons garder à l’esprit ce qui nous rassemble : les valeurs de la République menacées par le terrorisme, par le fanatisme et par le populisme.

A chaque San Rémoise et chaque San Rémois, nous souhaitons une pleine réussite personnelle, familiale et professionnelle en 2017 avec une pensée particulière pour nos concitoyens qui traversent des difficultés.

 

Roland PALLUET

Guy TALES

Conseillers municipaux d’opposition

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche