Opinion de gauche

Pour les socialistes de Saône-et-Loire, «le compte n'y est pas»

Communiqué :

Pour les socialistes de Saône-et-Loire, le compte n'y est pas

Les socialistes de Saône-et-Loire, réunis ce lundi 10 décembre en Conseil fédéral à Chalon-sur-Saône, ont adopté à l’unanimité la résolution suivante :
« Après de très longues semaines pendant lesquelles le Président de la République a fait la sourde-oreille, responsable de l’enlisement après l’accumulation du mépris, il s’est enfin efforcé à s’adresser aux Françaises et aux Français.
De week-ends en week-ends à travers notre pays, et dans tout le département, les « gilets jaunes » ont exprimé des inquiétudes légitimes et une colère profonde, bien souvent celle de l’injustice sociale et fiscale. Il faut l’entendre.
Cette colère, c’est vrai, se nourrit depuis longtemps, et chaque responsable politique doit savoir en prendre sa part. Mais elle explose aujourd’hui du mépris du « nouveau monde », qui pense qu’on peut en même temps supprimer l’ISF et diminuer les APL, ou qu’on peut gouverner seul, faisant fi de l’écoute et des corps intermédiaires.
Aux attentes de pouvoir d’achat, ce dont il est question c’est aussi du pouvoir de vivre, et donc que chacun puisse trouver sa juste place dans la société. Une société qui repose sur les solidarités, sur une démocratie qui doit être revivifiée, et dans laquelle la place et le renforcement des services publics est une question centrale.
En tout état de cause, le climat de tension a fait émerger violences physiques et verbales que nous condamnons fermement. Nous rejetons aussi toutes tentatives de récupération et de déstabilisation des institutions républicaines.
Ce lundi soir, l’intervention du Président de la République était nécessaire, mais les mesures annoncées souvent floues ne sont pas à la hauteur de l’enjeu en termes de perspectives et d'apaisement. Aucune réponse n’a été apportée sur les enjeux écologiques, ou bien encore quant aux inquiétudes qui pèsent sur notre système éducatif avec des suppressions de postes qui se poursuivent, une réforme du bac et une sélection par les moyens à l’université qui introduisent encore plus d’injustices pour notre jeunesse.
Le Premier secrétaire du Parti Socialiste, Olivier Faure, avait remis au Premier ministre une proposition de loi apportant des réponses concrètes de justice sociale et fiscale, incluant notamment le rétablissement de l’ISF, la suppression de la flat-tax, l’augmentation de la prime d’activité de 180 euros, ou bien encore une revalorisation des retraites et leur indexation sur l’inflation. Nous regrettons que ces propositions n’aient pas été retenues.
Au fond, ce dont il est question, ce n’est pas d’adaptations à la marge du système, mais bien de transformations plus profondes.
Aux côtés du défi majeur de la transition écologique, les questions centrales de l’égalité et de la répartition des richesses montrent qu’elles sont bien encore un enjeu du 21e siècle. »

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche