Opinion

Le coup de gueule d'un septuagénaire au sujet des horodateurs chalonnais

Ce septuagénaire de Buxy a souhaité faire part de son coup de gueule aux lecteurs d'info-chalon.com.

 Paisible retraité de 79 ans à Buxy, j’ai conduit mardi 6 décembre une personne malade à un cabinet médical rue Michelet à Chalon où j’ai tenté d’utiliser un « horodateur » pour régulariser mon stationnement. Après plusieurs tentatives, j’ai pu « suivre les consignes du clavier » (habituellement les machines indiquent plus explicitement  « saisir code »). La machine me délivre un ticket sur lequel je lis « 2,60 € ticket à conserver » et je pense pouvoir enfin aider ma passagère à rejoindre son lieu de rendez-vous. A notre retour, surprise ! Un « forfait post-stationnement » ou « ex-amende » est apposé sur mon pare-brise. Cause invoquée : « arrêt débit carte ». Je suis invité à utiliser un « horodateur de mon choix ou à régler 15 € dans les 72 heures à la Police municipale ». Depuis mon domicile, j’appelle ce service et on me confirme courtoisement  ces consignes. Disqualifié par les horodateurs et ne  pouvant me rendre à Chalon avant vendredi après-midi, je rappelle le Service qui me rassure car je peux « venir vendredi jusqu’à la fermeture du bureau à 18 heures ». L’avis de paiement indiquant que « la validité du présentavis expirera à 18 heures 40 », je pars de Buxy à 15 heures, pensant pouvoir régler ma contravention dans les délais réglementaires.

 

Après avoir vainement tenté de me garer dans le quartier de l’Hôtel de Ville, je traverse le centre de Chalon à pied pour arriver à la Police municipale à 15 heures 45. La Préposée me déclare d’emblée que « c’est trop tard » puis, vérifiant à ma demande, l’heure initiale (15 h 40) du « FPS » refuse tout paiement car, alors « l’heure est passée de presque 7 minutes » et « c’est le  logiciel  qui traite l’affaire ». Constatant qu’on ne répond pas à mon « au revoir », je prends conscience de ma culpabilité et me retire la honte au front.

 

 Mon Epouse et moi nous empressons de quitter  Chalon où visiblement, notre comportement de vieux  ruraux attardés doit entraver le fonctionnement du cœur de ville ordonné par des robots pointilleux. Les commerçants du Centre Ville seront heureux d’apprendre - par voie de presse - que nous avons ce jour-là renoncé aux cinq achats prévus dans nos magasins habituels pour les réaliser dans un espace qui saura nous tolérer avec davantage de bienveillance.

Claude Salesse

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche