Politique de droite

"Faut-il un certificat de légitimité territoriale pour se présenter aux élections législatives ?" s'agace Eric Michoux

Après l'annonce de candidature d'Eric Michoux... candidature à l'investiture sur la 4e circonscription de Saône et Loire, il répond à Arnaud Danjean.

Pour l'euro-député, la candidature d'Eric Michoux sur la 4e circonscription, relève d'une forme d'incompréhension, considérant que la Commission Nationale d'Investiture a déjà tranché son cas le 21 juin dernier, considérant à "l'unanimité" que "sa candidature ne pouvait être retenu en raison d'un élément très objectif : il est élu et résident dans la 5e circonscription. Il est inscrit et votant sur la 5e circonscription. C'est factuel, objectif et rédhibitoire aux yeux de la CNI". 

La 4e circonscription ayant été gelée jusqu'aux résultats des primaires, il appartiendra de fait à Arnaud Danjean, membre d'ailleurs de la CNI de trancher, "en faveur d'un ou une candidat(e) issu(e) de la circonscription". Un argument "non négociable" pour Arnaud Danjean a-t-il d'ailleurs confié à info-chalon.com, il y a quelques jours. 

Ce dimanche, à travers un communiqué de presse, ERic Michoux, sort du bois et s'interroge de "l'argumentation développée par Arnaud Danjean". 

 

 

Communiqué de presse d’Eric Michoux

Candidat à la quatrième circonscription de Saône et Loire

 

Faut-il un certificat de légitimité territoriale pour se présenter aux élections législatives ?

J’ai été très surpris de l’argumentation développée par Arnaud Danjean, député européen, suite au lancement de ma campagne pour les élections législatives.

J’ai bien conscience que Monsieur Danjean souhaite choisir seul le candidat de notre famille politique mais il est dommage qu’il émette un doute sur le bien-fondé de mon engagement. Je comprends son amertume puisque même avec mon soutien au deuxième tour en 2012, les électeurs de la quatrième circonscription de Saône et Loire n’ont pas souhaité lui accorder majoritairement leur confiance.  

Alain Juppé a placé la vérité au centre de sa candidature. Si elle est légitime pour les Français, pourquoi le traitement serait-il différent pour les habitants de la Saône et Loire ? 

Le « gel » de l’investiture est inhérent à un blocage lié à la politique nationale.  

Ma légitimité n’a jamais été remise en cause sur le plan juridique, moral ou même territorial. Aucun texte ne m’empêche de me présenter aux élections législatives dans la 4ème circonscription de Saône et Loire. Tous les électeurs en pleine possession de leurs droits civiques ayant 18 ans révolus peuvent être candidats (article L44 du code électoral). C’est la loi de notre République.

Certes, la commune d’Epervans où je suis maire n’appartient plus à cette circonscription depuis le dernier découpage administratif.  Une situation bien étrange alors que :

  • Epervans est le centre géographique de cette circonscription (équidistante de Louhans, chalon, Tournus ) 
  • la majorité des villages alentours (Olons , Lans , chatenoy en Bresse) sont restés dans la 4eme.

Pourtant, Epervans continue de brandir fièrement le label AOC Poulet de Bresse.

Je ne veux pas être au centre d’un combat de coq. Nos citoyens méritent mieux que d’être témoins de petites phrases. Ils attendent des décisions pragmatiques pour améliorer leur quotidien, de l’espoir, une sécurité, une visibilité sur l’avenir et celui de leurs enfants.

Cette légitimité du terrain je considère l’avoir gagné.

Mes enfants ont été élevés dans la 4ème circonscription, ils ont été scolarisés à Louhans. J’y suis président délégué à l’économie. J’y ai développé une activité professionnelle, Escoffier, leader mondial, qui emploie 50 salariés issus de cette circonscription, en grande majorité de la Bresse.

La confiance, je souhaite désormais la conquérir.

Je fais de la politique avec le cœur, avec mes tripes, pas par ambition pour défendre un pouvoir souverain.   

Météo locale

Recherche

Mode et beauté