Politique de droite

La radicalité et l'outrance de Sarkozy et des Sarkozystes rejetées

C'est un événement historique. 80 % des électeurs de la droite ont voté contre Nicolas Sarkozy ce dimanche soir. Dimanche prochain, ce sera une toute autre élection qui va se jouer avec des questions de fond.

Ce dimanche, qu'on le veuille ou pas... François Fillon a surfé sur la bipolarité imposée entre Nicolas Sarkozy et Alain Juppé. Le premier enseignement de la primaire est celui du rejet massif envers Nicolas Sarkozy, sa radicalité et son outrance. Même si l'avance de François Fillon sur ses challengers est importante, voilà venu le temps du programme et plus celui de la personne. Car ce premier tour aura été l'expression du rejet des uns et l'acceptation des autres. Alain Juppé va devoir se battre et ce d'autant plus après les annonces de soutiens de Nicolas Sarkozy et de Bruno Lemaire à François Fillon. Malgré les tentatives notamment chez les Sarkozystes de faire en sorte que la droite se dispense d'un deuxième tour, Alain Juppé a annoncé sa volonté "de continuer le combat".

"Réformes crédibles" contre "programme radical", ce sera la semaine de tous les dangers, après avoir éliminé les têtes plus que le programme. Dimanche prochain, pas sûr que la mobilisation soit aussi intense que ce premier tour.. et ce sera là encore un enjeu. Des choix sociaux et sociétaux qui divergent totalement entre les deux individus, François Fillon s'étant déjà exprimé sur l'avortement "n'étant pas un droit fondamental" par exemple. 

Quoiqu'il en soit, le raz de marée de François Fillon est clair... C'est un combat entre deux droites qui s'ouvre, entre deux projets. La semaine s'annonce pédagogique.

Laurent Guillaumé

Météo locale

Recherche

Mode et beauté