Politique de droite

A Chalon sur Saône, Laurent Wauquiez pointe "les brevets de bien-pensance" délivrés "par la presse parisienne"

Décidément, pas une semaine ne passe, sans que la classe politique ne s'en prenne encore et toujours à la presse.... et Chalon sur Saône n'a pas échappé à la règle avec Laurent Wauquiez aux manettes.

"Ce n'est plus à Paris de commander" a lancé Laurent Wauquiez, avant de pointer le comportement de la presse "parisienne" et des "milieux parisiens qui ont pris la main sur notre parti, qui attendent des brevets de bien pensance délivrés pour plaire aux journalistes". Des propos qui ne sont pas sans donner un petit écho à ceux prononcés il y a quelques jours à l'occasion de la rentrée scolaire par Emmanuel Macron, qui fustigeait "ces journalistes qui ne parlent qu'à eux-même". 

Trahison, reniement et rassemblement

Laurent Wauquiez s'est voulu clair et déterminé à l'égard de ses anciens amis politiques, tels que Gérard Darmanin, Edouard Philippe ou Bruno Le Maire, sans les citer. "Notre famille politique a perdu sa boussole, trahi pour une place au gouvernement ou à l'Assemblée Nationale. La droite s'est enfoncée dans un confort dans lequel on disait ce que les Français voulaient entendre. Il faut tourner cette page des reniements, et reconstituer une droite avec une colonne vertébrale, une droite sur ses deux jambes et fière de ses valeurs". "Sur les dérives de l'islamisme radical, qui peut le porter si ce n'est nous ? Macron c'est le reniement perpétuel, qui dit tout et son contraire en même temps !".

"C'est le marketing politique qui a remplacé la conviction"

Laurent Wauquiez a fléché son ennemi en la personne d'Emmanuel Macron, citant une fois Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, sans mentionner une seule fois les socialistes. "Emmanuel Macron, c'est le vide, en marche vers je ne sais où, sans aucune vision pour la France. Ce qui perd la politique, c'est qu'il n'y a plus aucune valeur. Mélenchon, le spécialiste des dictatures sud-américaines serait la seule voix de l'opposition ? Le Pen, tout le monde a vu son niveau d'incompétence dans l'entre deux tours, ce soir là tout le monde a compris. Il nous faut parler à ces Français qui sont partis vers les extrêmes, il faut les ramener à nous et il faut que la droite soit vraiment la droite". 

"Il faudra me passer sur le corps !"

A destination de celles et ceux qui "voudraient diviser la famille", là aussi Laurent Wauquiez a voulu prévenir, "je ne répondrai à aucune attaque, ni à aucune polémique. On a trop vécu les affrontements. Je n'ai pas d'ennemis à l'intérieur de ma famille, mais ceux qui jouent contre leur camp, plus aux diviseurs afin d'affaiblir la famille, il faudra me passer sur le corps. Quand on renie ses valeurs, on perd l'estime. Pourquoi devrait-on s'excuser d'avoir des valeurs ? Qui défendra l'identité de notre pays si nous ne portons pas ce combat ? Quand on vit en France, on la respecte !". 

Laurent Guillaumé

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche