Politique de gauche

Le PCF prépare les législatives en Saône et Loire

Une première investiture a été accordée sur la 1ere circonscription de Saône et Loire. Pour les quatre autres, il faudra attendre le courant du mois de janvier.

Après leur ralliement à la candidature de Jean-Luc Mélenchon dans le cadre de la présidentielle 2017, les communistes entendent bien faire valoir sur les idées sur le terrain. Pointant du doigt, "l'insécurité sociale qui ne cesse de grandir, la pauvreté et la précarité qui s'aggravent, le chômage, les bas salaires et les temps partiels, la casse progressive des services publics et des filets de protection sociale, alors même que l'évasion fiscale bat des records", les communistes appellent au sursaut national. "Depuis 2000, les pouvoirs en place ne cessent d'aggraver l'austérité, il est temps d'y mettre fin, tout en faisant mentir les mauvais scénarios qui voient l'arrivée en force d'une droite ultra réactonnaire et d'une extrême droite haineuse". 

Alors que les investitures pour les législatives font rage dans la plupart des états-majors politiques du département, le PCF a investi à travers son conseil départemental, Céline Vinauger sur la 1ere circonscription de Saône et Loire. Les quatre autres investitures devant être connues avant la fin du mois de janvier. 

Agée de 47 ans, Céline Vinauger est éducatrice de jeunes enfants dans un établissement médico-social, militante associative et syndicale. "J'habite et je vis la France d'en bas" a-t-elle aussitôt confié. "J'entends être la candidate qui représente les gens modestes, ceux qui travaillent ou qui sont privés de travail par ce système profondément injuste...Ma candidature doit être l'occasion pour les habitants de la circonscription de sortir le carton rouge et de faire sortir du terrain politique des élus et candidats qui sont responsables de l'aggravation de la pauvreté et de la précarité". La candidate du PCF entend adresser un carton rouge à la droite et à ses candidats qui "prônent une politique de terre brûlée du pacte social avec une retraite à 67 ans, un passage aux 39h et la sanction économique des chômeurs" mais également un carton rouge à Thomas Thévenoud "qui a été complice de ces politiques désastreuses et qui ose tenter de faire oublier qu'il a donné des leçons de probité et d'exemplarité avant d'être la main dans le pot de confiture", sans oublier "la droite locale avec ses diverses condamnations, qui ne fait pas mieux en matière d'honneteté". 

Laurent Guillaumé

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche