Politique de gauche

LEGISLATIVES (4e circonscription de Saône et Loire) - Pierre Joxe apporte son soutien à la candidature de Cécile Untermaier (PS)

Pierre Joxe, ancien député de la Bresse et du Chalonnais et Président honoraire de la Cour des Comptes a tenu à rappeler son soutien à Cécile Untermaier.

Message de Pierre Joxe aux participants à la réunion publique de Sassenay, samedi 27 mai

 

Mesdames, messieurs, et pour beaucoup d’entre vous, chers amis…

J’avais répondu avec plaisir à l’invitation de Cécile Untermaier de participer à sa campagne en venant à sa réunion publique de Sassenay …

Malheureusement un problème de santé très pénible qui vient de frapper mon entourage proche ne me permet pas de quitter Paris ce week-end et donc d’être parmi vous aujourd’hui.

J’en suis d’autant plus désolé que je me réjouissais à l’avance de retrouver de vieux amis, témoins et acteurs de l’époque lointaine où j’ai eu moi aussi l’opportunité d’être candidat aux élections législatives dans une circonscription qui comprenait déjà le Chalonnais et la Bresse, et dont Sassenay faisait déjà partie.

 

Mais je suis surtout désolé de ne pouvoir de vive voix, dans cette période de confusion politique, apporter mon soutien plein et entier à la candidature de Cécile Untermaier.

Je le fais donc aujourd’hui sous la forme de ce message, qui vous sera communiqué par un de mes anciens collaborateurs et ami, Michel Debost, qui participe à la campagne de Cécile.

 

Je soutiens Cécile pour plusieurs raisons évidentes :

 

Je la soutiens d’abord pour le travail novateur qu’elle a mené dès 2012, dans sa circonscription, en associant dans la proximité et l’impartialité, les citoyens et les acteurs locaux comme les élus, à son travail de législateur. Les Ateliers Législatifs Citoyens qu’elle a mis en place, sont des références au niveau national, labellisés par la Fondation Jean Jaurès. Le jury citoyen a été plébiscité.

 

Je la soutiens pour le courage dont elle fait preuve en défendant toujours, les valeurs de justice, de protection sociale, de solidarité, d’égalité et de liberté, en continuant dans cette voie sans se laisser happer par une étiquette à la mode qui séduit souvent ceux qui n’ont pas pu être investis démocratiquement ailleurs.

 

Je la soutiens parce que je pense que pour faire de bonnes lois au service de nos concitoyens, il faut des parlementaires expérimentés, compétents et travailleurs. Je rappelle à cet égard qu’ancienne magistrate spécialiste de droit administratif, elle a été, pendant les cinq années de son mandat écoulé, vice-présidente de la prestigieuse Commission des lois à l’Assemblée nationale. Auteur de 1262 amendements adoptés et de 9 rapports parlementaires, elle est classée 11è sur 577 au classement des députés les plus influents et 4ème sur 577 pour l’assiduité au travail en Commission. 

 

Je la soutiens parce qu’elle n’a jamais négligé son travail sur le terrain, auprès des élus et des habitants de la Bresse et  du Val de de Saône,  vis à vis desquels elle a  toujours fait preuve de sa disponibilité,  de sa capacité d’écoute et de son impartialité.

 

Je la soutiens parce que je sais qu’elle se comportera sans sectarisme mais avec vigilance, en exerçant avec lucidité sa fonction de représentante de la souveraineté populaire, qui non seulement saura enrichir les textes de loi, combattre ceux qui s’écartent des valeurs de partage qui sont les siennes mais exercer aussi la nécessaire fonction de contrôle de l’exécutif et de l’application des lois. 

 

Je suis d’ailleurs personnellement très sensible à cette question de la souveraineté populaire, base de la démocratie

A cet égard, l’Histoire nous a déjà donné des leçons, et ce qui paraît nouveau à certains, peut apparaître, si nous n’y prenons garde, comme une résurgence du passé…

Rappelons-nous un instant…

 Sous le Second Empire, dès les premières élections législatives du 29 février 1852, les candidatures officielles étaient gérées par le Ministère de l'intérieur. Ces candidatures officielles visaient à renforcer les nouvelles institutions. L'élection du Corps législatif était davantage destinée à affirmer le soutien de l'opinion publique française au chef de l'État et à préserver l'union nationale autour de l'empereur qu'à assurer l'élection d'une assemblée représentative  de la souveraineté nationale.

Une candidature officielle était donc assimilée à un « contrat » entre l'Empire et un candidat, au terme duquel ce dernier s'engageait  à appuyer sans réserve le gouvernement...

Aujourd’hui, à part le fait que les candidatures officielles du MODEM, notamment dans la 4ème circonscription de Saône et Loire sont désignées par l’actuel Ministre de la Justice (!) le  mode de désignation centralisé de ses candidats eux-mêmes dans l’ignorance de leur propre candidature, par le nouveau pouvoir ressemble furieusement,  au dispositif plébiscitaire  de l’époque, ce qui constitue un risque pour le bon fonctionnement de notre démocratie parlementaire .

C’est pourquoi, dans la période pleine d’incertitude qui s’annonce, j’invite les électeurs de la quatrième circonscription à faire le choix des convictions, du sérieux et de l’expérience, en  renouvelant  à Cécile Untermaier leur confiance pour un nouveau mandat, lors du prochain scrutin législatif. »

 

Pierre Joxe

Ancien député de la Bresse et du Chalonnais,

Président honoraire de la Cour des Comptes.

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche