Politique

ELECTIONS EUROPEENNES - Le Rassemblement National victorieux ce dimanche soir...

LREM qui entendait surfer sur sa victoire à la présidentielle n'aura pas réussi à inverser la tendance malgré l'hyperprésidentialisation de la campagne des européennes. Le scrutin aura réserver de nombreuses surprises qui risquent de soulever des enseignements à tirer. Les explications d'info-chalon.com.

Première grosse surprise de ce scrutin, une surprise de taille à savoir celle de la participation. Une participation, inattendue disons-le très sincèrement au regard de toutes les projections formulées ici ou là. Avec plus de 50 % de participation, le scrutin 2019 des européennes aura mobilisé comme rarement. Un premier désaveu pour tous les eurosceptiques qui espéraient tant surfer sur le désaveu des électeurs. 

Le clan des victorieux

Jordan Bardella, tête de liste du Rassemblement National, âgé de 23 ans, a remporté le pari confié par Marine Le Pen. En s'installant avec plus de 25 % des votants, le Rassemblement National installe toujours plus son rôle de premier parti de France. 

Autre victorieux, c'est celui de Yannick Jadot avec Europe Ecologie-Les Verts qui réussit là une très belle percée, bien au-delà des sondages les plus optimistes. L'écologie qui aura tellement fait défaut au comportement des dernières décisions gouvernementales et qui lui reviennent version boomerang, et au sein duquel, nombre d'électeurs ont choisi d'apporter leurs suffrages, comme une manière d'adresser un carton rouge au gouvernement et à Emmanuel Macron. 

Le clan des perdants

Le parti de Laurent Wauquiez qui avait pris soin de confier la liste LR à François-Xavier Bellamy s'est pris une claque inattendue. Inattendue parce que tous les sondages annonçaient une 3e place autour de 15% et même au-delà. Une claque, d'autant plus que la participation est à la hausse et que cette hausse n'a aucunement bénéficié au parti de la droite "Républicaine". L'heure, risque d'être aux enseignements là aussi et ceux d'autant plus que la volonté de tirer des projections nationales sur ce scrutin a été affirmée à plusieurs reprises par de nombreux cadres du parti à l'image de Gilles Platret, porte-parole national du parti. 

Place Publique - Parti Socialiste a finalement limité la casse en se classant 5e de ce scrutin, réussissant à mobiliser le reste de ses fidèles grognards, après l'hémorragie LREM. Une mobilisation qui place le "résidu" du PS dans une position certes de perdant ce dimanche soir mais qui s'inscrit finalement durablement dans le paysage politique ex-aequo avec la France Insoumise. Un résultat qui finalement place les conditions d'une recomposition d'un bloc de gauche.

Ni perdant ni gagnant

Finalement Emmanuel Macron pourrait être dans le clan des perdants au regard de l'énergie déployée ces dernières semaines par le Président de la république en vue de faire de ce scrutin un duel fratricide entre les "progressistes" qu'il avait volonté d'incarner et les "nationalistes" de Le Pen. Avec plus de 22 %, LREM affiche son socle, qui semble ne pas avoir pris une ride, et malgré les très longues semaines de tension sociale dans le pays. Difficile d'en tirer pour le moment de plus amples enseignements, mais en s'inscrivant en 2e position, pas sûr que LREM soit finalement le grand perdant de ce scrutin, dont les résultats locaux vont être examinés à la loupe en vue des prochaines échéances municipales. 

Laurent Guillaumé 

 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche