Questions à

Enseignement : Le Snalc lance une cagnotte solidaire comme alternative à la grève

Syndical national des lycées et collèges (Snalc) a lancé l’idée d’une cagnotte solidaire comme alternative à la grève, le produit sera reversé aux Restos du Coeur, un don déductible fiscalement donc pénalisant pour l’Etat

 

Info-chalon.com est allé à la rencontre de Maxime Reppert, président du Snalc au sein de l’Académie de Dijon pour les quatre départements de la Bourgogne. Rappelons que le Snalc se veut apolitique et qu’il est un syndicat de métier depuis 1905 et siège au Comité technique ministériel.

Info-chalon : Cette idée de lancer une cagnotte solidaire semble originale, qu’elle a été les raisons de cette motivation ?

Maxime Reppert : «  Nous avons voulu, par le biais de cette participation solidaire, marqué un autre moyen d’action, de manifestation pour se faire entendre de nos instances.
En effet quoi de mieux que de toucher au porte-monnaie, pour se faire comprendre. Il faut savoir qu’en 2018 il y a eu quelques 127 appels à la grève sur l’ensemble de la France, soit 127 jours de grève lancés par les syndicats d’enseignants. Au regard de cela nous n’avons senti aucune motivation de la part de l’Etat.
Nous avons pris une base de salaire moyen public et privé de l’année 2016/2017. Une journée de grève traditionnelle coûte au gréviste 98,43 € ( dans le public) ou 85,88 € (dans le privé), nous estimons à 100000 le nombre de grévistes dans l’année, cela représente 9 843 000 € économisé par l’Etat au regard du public. Si nous versons cet argent dans une cagnotte, le pouvoir d’achat perdu par le salarié sera ramené à 24,60 € et l’Etat aura à sa charge du fait de la défiscalisation à 75%, ramené aux 100000 « grévistes », ceci représenterait 7 382 250 €.
J’insiste sur le fait que les dons de cette cagnotte seront intégralement versés aux Restos du Coeur. »

IC : Votre action est novatrice mais quelles sont les raisons qui vous ont amené à manifester de cette façon ?

« Le Snalc Dijon manifeste contre 30 années d’une politique désastreuse de l’éducation nationale. les conséquences on les connait hélas par la dégradation des conditions de travail, des salaires insuffisants avec un pouvoir d’achat en baisse; une déconsidération du métier d’enseignant; des classes trop chargées; une médecine du travail insuffisante; la problématique des burn-out et des suicides touchant les personnels; les violences en milieu scolaire.
Au regard de cela il y a des réformes désastreuses, du primaire au lycée que ce soit pour les élèves et les personnels, force est de constater que cette politique engendre une destruction du service Public, avec un accroissement des inégalités sociales et territoriales. »

IC : Qu’est-ce qui vous fait croire à l’efficacité d’une telle action ?

« Il y a plusieurs raison qui nous motive : d’abord on frappe l’Etat au porte-monnaie avec les 75% qu’il doit débourser au profit des Restos du Coeur. C’est un moyen de pression, car l’Etat va perdre de l’argent.
Mais ce qui est important dans cette action, l’enseignant se considère gréviste, donc perd forcément sa journée. En reversant l’équivalent à la cagnotte il n’impacte pas la scolarité des élèves, ni les parents d’élèves, ni le fonctionnement des établissements et il n’impacte moins le pouvoir d’achat des personnes participantes.
Je considère que c’est une opération de solidarité forte qui s’adresse à tous les personnels de l’Académie de Dijon et à toutes les personnes sensibles à ce problème, même les parents peuvent participer. La cagnotte est ouverte depuis le 13 mars et sera close le 31 mai 2019 inclus.»

Propose recueillis par JC Reynaud

adresse de la cagnotte : https://cagnotte-solidaire.restosducoeur/projects/opération-snalc-dijon-serenite-et-solidarite-dans-l-education-nationale

Contact : Maxime Reppert, président Snalc académie Dijon
tel : 06 60 96 07 25 
mail : snalc.dijon@gmail.com

 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche