Saint-Marcel

Plus d'un million d'euros pour le restaurant scolaire communal

Alors que la plupart des équipes municipales nées au printemps 2014 s'approchent de leur bilan de mi-mandat, info-chalon.com entame son tour des communes. Première d'entre elles à se livrer à l'exercice, Saint-Marcel.

Raymond Burdin, Karine Plissonnier et Serge Gonthey se sont livrés à l'exercice, l'occasion d'aborder l'ensemble des thématiques sur la commune de Saint-Marcel et bien évidemment le dossier central des travaux. 

Côté travaux - Raymond Burdin et son équipe affichent sans sourciller le succès de l'opération menée autour de la mairie de Saint-Marcel, avec "la démolition d'un certain nombre de bâtiments, la réfection du parking permettant de faciliter et de fluidifier l'accessibilité à la mairie. Les toilettes jouxtant la mairie ayant été également retirés". Du côté de la municipalité, on ne cache pas "la volonté d'obtenir une 2e fleur" en guise d'objectif pour la commune, "on attend avec une certaine impatience la réponse qui devrait tomber dans le courant du mois de novembre".

Sur l'épineux dossier des travaux de la Grande Rue, "on a assumé" lance Karine Plissonnier, la 1ere adjointe, "avec un peu de retard sur le chantier mais sans gravité. Le calendrier est tenu globalement". L'enfouissement de tous les réseaux s'est bien passé avec "l'embellissement qui interviendra l'année prochaine avec la ferme volonté de ne plus rien toucher après. 2017, sera l'année de la réalisation de la finition avec un début des travaux fixé au printemps. Coût total ? 600 000 euros hors subvention. Une intervention qui portera sur 600 mètres de voirie. Plusieurs choix de finition sont toujours en cours de discussion, "mais on travaille au projet final". 

L'enfouissement des réseaux du côté de la rue Philippe Flattot dont 4 mois de travaux seront nécessaires devrait intervenir dans le courant de l'année 2017 et ce jusqu'à l'école Balan "avec l'option d'une tranche conditionnelle pour laquelle on est en attente de devis". A noter également en prévision "un réaménagement complet du carrefour avec une signalétique lumineuse revue". 

Sur le dossier du cimetière, "ce sont 40 000 euros/an sur 3 ans qui vont être investis pour le relevage des tombes" a précisé Raymond Burdin avec la volonté de remettre en état les tombes perpétuelles. 

Voie douce - la commune entend boucler la liaison avec la commune voisine d'Oslon sur une portion de 800 m de piste dédiée aux piétons et aux cyclistes pour un investissement de 78 000 euros

"on achète parce qu'on a un projet"

Karine Plissonnier s'annonce très pragmatique "dans la gestion des deniers de la commune. Il n'est pas question d'acheter pour acheter mais bien parce qu'on a un projet". Un message à peine subliminal adressé à ses prédecesseurs. C'est donc un restaurant scolaire flambant neuf qui va être construit à Saint Marcel avec un investissement de l'ordre de 1,17 million d'euros avec une subvention à hauteur de 275 000 euros de la région Bourgogne Franche Comté ou encore 20 000 euros de la réserve parlementaire du sénateur Marie Mercier. Un restaurant qui devrait être pleinement opérationnel pour la rentrée scolaire de 2018, "et pour lequel la population sera totalement associée. Tous les agents de la collectivité ont été associés également". C'est un self service qui sera mis en place, permettant de répondre aux besoins des 200 enfants qui mangent quotidiennement en restauration collective. "C'est un projet simple et surtout fonctionnel et qui permettra une plus large sécurité pour les enfants amenés à se déplacer entre midi et deux".

Côté finances - Pour l'adjointe aux finances, "ce sont - 700 000 euros de percus en terme de dotation depuis que nous avons été élus à Saint-Marcel. On a eu des mauvaises surprises mais on a pris nos responsabilités, y compris en renégociant un emprunt toxique avec 600 000 euros de pénalité. L'équipe d'avant empruntait 500 000 euros/an, c'était devenu une habitude mais avec rien en face. C'est un mode opératoire qu'on a pas retenu" pointe du doigt Karine Plissonnier. 

"C'est notre 3e budget sans emprunt en dehors de l'obligatoire. Il faut des projets en face et les investissements viennent dans notre deuxième partie de mandat. Aujourd'hui, on essuye les plâtres d'avant mais l'engagement de campagne de ne pas toucher la fiscalité locale sera maintenu" assure Raymond Burdin.

"Cette année encore, ce sont à nouveau 5 % en moins sur les budgets de fonctionnement qui seront demandés à tous les services. Ce sera une année d'effort supplémentaire".

Côté culture - Le Réservoir n'est pas oublié dans la politique municipale. "Mais on veut une programmation moins élitiste ouverte à toutes et à tous, avec une structure qui accueille 12000 personnes/an. Le Réservori a une visibilité importante et il nous appartient de l'intensifier et les chiffres sont en progression constante.

Laurent Guillaumé

 

 

Météo locale

Recherche

Mode et beauté