Saint-Rémy

La commune de Saint-Rémy entend maintenir le cap du désendettement

A l'heure de l'approbation des comptes administratifs de l'année écoulée et surtout du vote du dernier budget primitif avant les prochaines échéances municipales, Florence Plissonnier, entouré de son adjoint aux finances, Alain Mère, ont tenu à faire le point sur les finances municipales.

Après une cure d'austérité assumée par l'exécutif piloté par Florence Plissonnier, l'heure est déjà au quasi bilan alors que se profilent les prochaines échéances municipales dans désormais moins d'un an. Entourée d'Alain Mère, son adjoint aux finances, Florence Plissonnier a rappelé les engagements du mandat, à savoir "l'amélioration ou à défaut la conservation de notre épargne de gestion, garantir une capacité financière structurelle et la poursuite du désendettement". 

Alors que Saint Rémy n'échappe pas à la règle communément admise et valable pour toutes les collectivités locales, ses recettes en terme de dotation ont plongé drastiquement au fil des ans. Un plongeon qui mettait en péril la commune. Sur la première année de mandat, les dépenses de fonctionnement ont été diminué de -4,5 % alors que les recettes augmentaient de +1,8%. Une hausse passagère qui s'est transformée au fil du mandat à -3,4 % en 2015, -3,6 % en 2016, -0,3 % en 2017 et -1,6 % en 2018. Les dépenses de fonctionnement ont baissé quant à elles de -6,4 % en 2015, -1,4 % en 2016, -1% en 2017 pour augmenter de 4 % en 2018. 

Chiffres à l'appui, Alain Mère a tenu à dresser des comparatifs précis afin de rappeler les conditions dans lesquelles évoluent la commune de Saint Rémy qui n'a bénéficié que de 430 922 euros en Attribution de Compensation Communautaire. Un chiffre qui est à comparer aux 2,7 millions versés à Saint Marcel ou 1,1 million d'euros à Châtenoy le Royal, 828 000 euros à Crissey. 

Une perte cumulée de 1,3 million d'euros depuis 2014 pour Saint Rémy

Toujours soucieux de présenter les chiffres et rien que les chiffres, l'adjoint aux finances a affiché le vide abyssal qui s'est produit depuis 2014 en terme de Dotation Globale de Fonctionnement, versée par l'Etat. "A population constante, la commune de Saint rémy a perdu de manière cumulée 1,3 million d'euros depuis 2014" déplore Alain Mère.  Même si, ici ou là, quelques dispositifs d'accompagnement sont venus compenser une partie des pertes, le gain ne joue qu'à la marge des pertes. 

Un effort de toutes et tous

Catherine Porical, DGS de la commune, a tenu à saluer l'implication de la centaine d'agents de la ville. "Un travail qui n'aurait pu se faire sans l'investissement de toutes et tous". Et pour cause, les charges à caractère général de la ville de Saint Rémy sont passsées de 1,6 million en 2013 à 1,1 million d'euros. C'est dire l'ampleur de l'investissement qui a été demandé aux agents municipaux. Parallèlement, les remboursements de frais de personnel ont plongé de 11,2 % depuis 2014 alors les charges nettes de personnel ont été maîtrisées avec un petit +2,2%, notamment lié à la hausse du coût d'assurance du personnel municipal. Alors qu'historiquement, la ville de Saint Rémy avait des frais de personnel /hab sensiblement supérieurs aux villes de la même strate, les choses se sont inversées et confirmées depuis 2014.

Epargne et dette au centre des préoccupations

Accusée par son opposition de ne plus rien entreprendre sur la commune, Florence Plissonnier affiche à moins d'un an des municipales, une fiscalité assainie. "En 2013, l'épargne nette était négative de 69 000 euros" insiste Alain Mère pour repasser en positif à 289 000 euros dès 2014 et s'établir à + 198 000 euros en 2018. Pour autant depuis 2017, la ville de saint Rémy a repris ses investissements avec notamment les travaux de la salle Brassens. Entre 2014 et 2017, les dépenses d'investissement ont été multipliées par deux et même par trois si on compare les années 2018 et 2014. 

Cerise sur le gâteau, la majorité municipale affiche "une meilleure sollicitation des subventions". "C'est à  se demander si toutes les demandes étaient faites il y a quelques années. Nous frappons à toutes les portes" a précisé Florence Plissonnier. 

Sur le sujet central de la dette, elle sera passée par habitant de 1168 euros en 2013 à 951 euros/hab en 2018. Un comparatif avec la dette moyenne régionale fait que "la commune de Saint rémy a retrouvé la moyenne régionale alors qu'en 2013 elle était de 40 % supérieure" a rajouté Alain Mère.

Laurent Guillaumé

La réaction de l'opposition municipale à venir sur info-chalon.com 

 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche