Saint-Rémy

Emotion, tendresse et rires au Collège Louis Pasteur de Saint Rémy ce Mercredi en fin d’après midi.

Les élèves de 3ème 5 encadrés par leurs professeurs Odile Perotot et Nicolas Gilarès ont remporté le 1er prix départemental au Concours National de la Résistance et de la Déportation.

 

Le choix du sujet s’est vite imposé à Nicolas Gilarès qui depuis de nombreuses années travaille avec Marcel Kounowski, enfant caché, pour un indispensable et éternel devoir de mémoire.

Marcel s’est toujours rendu disponible pour raconter sa vie d’enfant qui ignorait ce qu’était être juif, d’enfant dénoncé, d’enfant errant sur les routes de France, d’enfant sauvé par des soldats fusillés pour les avoir défendus, sauvé par ces familles qui n’ont pas hésité à risquer leur vie. Marcel n’a eu de cesse de les retrouver et les faire reconnaître comme Justes.

Avec son frère Jean, Marcel Kounowski, gamin de 7 ans, a du s’appeler Marcel Couderc pour fuir dans toute la France. Il l’a appris par cœur ce nom, on lui fait répéter et répéter pour qu’il ne se trahisse pas. Il a connu l’horreur, la faim, la mort, la trahison mais aussi la bonté et le dévouement. Toute sa vie, qu’il s’est construite seul, c’est l’humanité qu’il privilégie, il ne retient pas la dénonciation, mais essentiellement l’altruisme de ces messieurs et mesdames tout le monde qui ont simplement hébergé et caché des gamins de Paris.

En mai 1945, Marcel s’est souvent rendu à l’arrivée des trains gare de l’Est avec l’association des Femmes Françaises et les Scouts de France, pour le retour des prisonniers. En 1946, à la libération des camps des déportés qui revenaient d’Auschwitz, il est aussi allé à l’hôtel Lutetia à Paris , mais Georges, son père n’a plus jamais été là. 

Gilles Bonnefoy, principal du collège, ainsi que l’équipe enseignante, les jeunes et leurs parents ont accueilli Marcel Kounowski, accompagné de sa femme Zette, sa fille et sa petite fille, pour la présentation du travail effectué cette année.

Ce qui a été le plus émouvant durant cette fin d’après-midi ?

L’accueil chaleureux de M. Bonnefoy et des professeurs ?

La réelle implication de toute une classe autour de Marcel Kounowski ?

La prestation du jeune Théo, texte et diaporama dont il a fait l’objet de son sujet d’oral au Brevet ?

Leur réalisation sous la forme d’un diaporama, mêlant musiques, textes, images et photos ?

Les textes qu’ils ont écrit à la manière de Georges Perec, auteur de « La disparition », sans aucun « e », symbole de l’absence de ce père ?

Le dessin crayonné par la jeune Margaux de Marcel enfant, d’après une des rares photos de famille d’avant guerre ?

Le tendre regard de la jeune Léa pour Marcel ?

La fierté éprouvée par Marcel pour ces jeunes qui ont tant donné à ce projet ?

L’amitié nouée entre les professeurs Odile et Nicolas et Marcel et Zette Kounowski ?

Sophie, sa petite fille qui lui tient la main pendant tout le diaporama ?

Il y a parfois de très jolis moments et cet hommage pour Georges et    Marcel en était un.

Et le plus beau de l’histoire est certainement une incroyable et magnifique rencontre entre un monsieur que je peux qualifier d’âgé, puisque c’est mon père, et les collégiens de la classe de 3ème5.

 

Lydia KOUNOWSKI

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche