Saône Doubs Bresse

A Bey, Hélène Decroocq a perpétué la tradition bien française du Cabaret

Info-chalon.com vous l’avait annoncé bien en amont*, le nombre de places étant par la force des choses limité, le dîner-spectacle organisé par Hélène Decroocq en partenariat avec de nombreux amis, a eu lieu hier soir à Bey. Le retour d’info-chalon.com.

C’est le moins que l’on puisse dire, à Bey, les habitants n’ont pas vraiment de raisons de dire qu’ils vivent dans un bled paumé, où rien ne se passe jamais. La vie associative est plus que dynamique. Surtout, tout un chacun peut y trouver son compte. Sportifs, toxicos des jeux de société modernes, amateurs de théâtre, petits, grands, élus locaux… il y en a pour tout le monde.

Souvent, des évènements, comme les « 30 heures du Jeu » ou les « Festives de Bey », assurés par des armadas de bénévoles, réunissent ces horizons divers au même endroit, au même moment. Hier soir, c’est un dîner-spectacle qui a réussi le challenge de réunir au sein de la salle des fêtes des mondes différents, qu’ils soient de la commune ou d’au-delà de ses « frontières ».

Faut être franc, de prime abord, la commune de Bey n’apparait peut-être pas, dans l’imaginaire collectif, comme LE lieu dont l’histoire serait inexorablement liée à une sorte d’exception culturelle bien française, connue sous le nom de « cabaret ». C’est pourtant à Bey que s’est perpétué hier soir une tradition bien française, connue aussi sous les appellations de « café-concert » ou, encore, de « café-théâtre », auxquelles de prestigieux noms sont associés, à l’instar de ceux de « Folies bergères » ou, plus proche de nous, « Le Point-virgule ». Un moment durant lequel beaucoup ont pu goûter aux délices de cette activité permettant, tout en consommant un bon repas préparé par Pascal Durand (Huilly Traiteur) et en sirotant des vins de la cave des vignerons de Buxy, de regarder un spectacle pour le moins original.

« Original » car, loin d’adapter quelque chose imaginé par d’autres, Hélène Decroocq, avec la complicité d’une association chalonnaise (la Chapka du Dahu), a mis en scène l’une de ses propres pièces : « Chez Simone et Henri ». Une pièce qu’elle a écrite il y a quelques années déjà, qui raconte l’histoire d’un couple dans les années 1950, mettant en scène un corbeau, une vieille dame, des histoires d’amour qui s’entrecroisent, sur fond de secrets, non pas de famille, mais d’alcoves et…d’alcool. Une pièce qui, hier soir, grâce à l’intégration d’une sorte de foire aux monstres digne du cirque Barnum de la grande époque, et en raison aussi d’un décor « steampunk », a fait naître à Bey une ambiance particulièrement joyeuse. Si bien que la salle où se déroulait le dîner-spectacle n’a peut-être jamais aussi bien porté son nom de « salle des fêtes ».

Samuel Bon

(Texte et photos** : Samuel Bon)

 

*Lire ICI

**© Tous droits réservés - article L.111-1 et L.123-1 du code de la propriété intellectuelle

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche