Saône et Loire économie

La CPME Saône et Loire à nouveau sur les rails !

Exit la gestion de l'ancienne présidence, mise en place d'un conseil d'administration restreint, réintégration de son ancien secrétaire général, la CPME Saône et Loire tire un trait sur des mois d'errance et de polémiques.

C'est l'une des figures historiques qui a été appelée à la rescousse de l'organisation patronale qui était partie à la dérive depuis quelques temps désormais. Avec l'élection de Jean Vient, ancien président de 2003 à 2009, c'est le gage d'un retour au professionnalisme, l'assurance d'avoir "un vrai militant de l'entrepreneuriat, un défenseur des TPE et PME du département" ont lancé en choeur les membres du conseil d'administration de la CPME 71. 

"En moins de deux ans, nous avions perdu près du tiers de nos adhérents" précise Damien Giraud, secrétaire général de l'organisation patronale, qui a été réintroduit dans ses fonctions, après avoir été démis par l'ancien président. "Une hémorragie liée à l'abandon de services, de réponses et  surtout d'une ambiance conflictuelle qui n'aurait pas du être celle qu'on a constaté" précise Yves Toitot, membre du conseil d'administration aux côtés de Jean Vient, et figure également historique dans le département. 

"L'Assemblée générale a été convoquée par le national, qui a révoqué l'ensemble du conseil et son président en février dernier" rappelle Jean Vient, "avec la mise en place d'un conseil d'administration restreint". Loin de vouloir rallumer toute polémique avec l'ancien président, Gilles Penet, le CA actuel est constitué de huit administrateurs, "un conseil d'administration qui a vocation à s'étoffer au fil du temps, pour atteindre au maximum les 32 statutaires". 

"L'ancien conseil d'administration a failli"

Parmi les huit actuels, trois figuraient dans l'ancien, et les trois admettent avoir "laissé faire". "Oui, on porte une part de responsabilité dans la manière dont les choses se sont déroulées ces dernières années. On a laissé faire sans mesurer l'impact. On a été crédules et immatures. On a pris les choses à la légère. Il y a une forme de revanche à reprendre" admet Emanuel Mouchet, un sentiment partagé par Alain Thouvenot, "on pensait que les choses allaient se régler toutes seules". "On est dans une période transitoire, on se doit de retrouver de la stabilité et d'assurer la mission première qui est la nôtre, celle de porter la voix des TPE et PME de Saône et Loire" rajoute Jean Vient, qui souligne sa présence comme une "présence de transition". 

"La feuille de route est établie, celle de l'honneteté et de l'éthique dans les pratiques et toutes les bonnes volontés sont attendues à la CPME" pour  Yves Toitot, précisant "qu'il n'y a plus d'énergie à perdre, il est temps de réaffirmer nos engagements loin des ambitions personnelles et de réaffirmer notre présence dans toutes les instances représentatives du département". 

Laurent Guillaumé

 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche