Saône et Loire économie

FORUM ECONOMIQUE MEDEF - A Chalon sur Saône, les neurosciences ont suscité un réel intérêt grâce à Pierre-Marie Lledo.

Directeur du département neurosciences à l’Institut Pasteur, le Professeur Pierre-Marie Lledo, 51 ans est l’un des neuroscientifiques les plus brillants de sa génération. Et ce jeudi soir, son intervention à l'occasion du forum économique du MEDEF de Saône et Loire a fait son effet.

Avant l'intervention de Pierre-Marie Lledo, les neurosciences et toute la vie interne de notre cerveau, relevaient d'une certaine opacité, tant la complexité de la terminologie ou du fonctionnement peuvent rebuter un certain nombre d'entre eux. Mais ça, c'était avant, avant l'intervention de ce  directeur de recherche au CNRS, et une pièce maîtresse de la compréhension du comportement humain.  

Ce jeudi soir, son exposé de quelques dizaines de minutes s'est révêlé passionnant à plus d'un titre. Passionnant par cette capacité à venir susciter en nous le déclic qui nous fera adhérer à son explication de texte, passionnant parce que Pierre-Marie Lledo a réussi à nous faire revivre en un claquement de doigts, l'histoire du cerveau humain et surtout de faire la démonstration que notre cerveau est loin de fonctionner à pleines capacités. 

"L'école d'aujourd'hui n'est pas compétitive face à You Tube"

Dès les premières secondes d'intervention, le neuroscientifique tape vite et fort, s'en prenant à l'école et au modèle Education Natioanle d'aujourd'hui. "L'école n'est plus là pour apporter de la connaissance, elle doit être porteuse de désirs. Le rôle de l'école devrait être celui de nous apprendre la soif d'apprendre, d'allumer le feu. L'enseignement doit être un allumeur de désirs".

"Au coeur des performances, ce ne sont pas les process mais l'Humain"

"J'observe le cerveau, et l'une de mes fonctions, c'est de débiter des cerveaux (post-mortem). Le cerveau humain est une chambre de l'écho de l'autre humain. Il est projectif. Le pire souci pour un cerveau humain, c'est la routine ! C'est un vrai poison" a -il lâché à la salle subjuguée par l'intervenant, avant de pointer du doigt la responsabilité du tout digital, "qui nous condamne à savoir et à ne pas comprendre avec la dictature du présent. Le cerveau se nourrit de changement et le digital nous plonge finalement dans un seul et unique temps" appelant de ses voeux au vagabondage intellectuelle, rappelant le précepte bien connu, "je trouve quand je ne cherche plus". 

"Relisez les travaux d'Einstein et regardez à quels moments il a trouvé" s'est amusé à souligner Pierre-Marie Lledo, soulignant que le cerveau avait besoin de ces moments disruptifs qui provoquent la réaction. "Désir et plaisir, sont les catalyseurs de la transformation" a-t-il insisté. 

Laurent Guillaumé 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche