Saône et Loire

La Caisse des Dépôts renforce son partenariat avec l'OPAC de Saône et Loire

L'accompagnement de la Caisse des Dépôts et Consignations dans la démolition du parc locatif HLM est une première en France, en dehors du cadre de l'ANRU.

L'accompagnement financier porté par la Caisse des Dépôts et Consignations sur une phase de démolition est une première en France, a tenu à préciser Antoine Bréhard, Directeur Régional de la CDC, après le conseil d'administration de l'OPAC de Saône et Loire, qui s'est tenu ce mardi matin à Mâcon. "Un conseil d'administration d'importance" a rappelé Eric Philippart, Directeur Général de l'OPAC, "il fixe la stratégie immobilière pour les cinq prochaines années". C'est dire l'importance de ce rendez-vous pour le principal bailleur social de Saône et Loire. 

Le soutien accordé par la Caisse des Dépôts à l'OPAC permet une accélération des programmes en cours, "avec un gain de 2 à 4 ans et surtout l'accès à des finances qui ressemblent à des fonds propres au regard des conditions fixées" ont rajouté Antoine Bréhard et Eric Philippart. Une opération qui permet à l'OPAC d'accélérer son programme de démolition. Sur l'année à venir, ce sont 1300 logements "inadaptés aux besoins" qui seront ainsi démolis sur l'ensemble du département, avec un fort accent à Chalon sur Saône, puisque ce sont 536 logements visés par la démolition sur ce seul secteur de la Saône et Loire. 

Le coût total de l'opération est de 27 millions d'euros dont 6,5 millions d'euros apportés par la CDC. "Un accompagnement financier qui vient booster la politique immobilière menait par l'OPAC de Saône et Loire" a rajouté Dominique Lanoiselet, la Présidente du bailleur social. "Concrètement, c'est un allégement de l'ordre de 5000 euros par logement démoli sur un coût global de l'ordre de 21 000 euros/logement". 

Sur la stratégie de l'OPAC

L'OPAC de Saône et Loire poursuit ses équipements à destination de l'ensemble de son parc, avec d'ores et déjà quelques 200 ascenseurs installés ou quelques 35 000 détecteurs de fumée mis en place. Côté stratégie, Sébastien Martin, 1er Vice-Président du Conseil Départemental de Saône et Loire, a souligné l'importance de l'OPAC et la coordination étroite menée avec le département sur les politiques liées au vieillissement. "Le parc locatif doit s'adapter  à un contexte démographique spécifique à la Saône et Loire et au vieillissement de sa population". 

Côté investissement, ce sont 8 programmes "résidences services" qui ont été inscrit au programme, même si tous les contours ne sont pas encore clairement définis. "Des résidences favorisant le maintien à domicile. C'est l'équivalent de 400 logements neufs d'ici 2020 sur les communes de Chalon sur Saône, Cluny, Saint Laurent sur Saône qui sont en prévision, permettant à des populations âgées de plus de 60 ans et autonomes d'accéder à des résidences services". 

Autre sujet sur lequel travaille l'OPAC de Saône et Loire, répondant à un appel d'offre formulé par le Conseil Départemental de Saône et Loire, c'est celui d'unités de vie. Quatre unités pour 96 logements neufs sont en réflexion. Des unités de vie avec une prise en charge médicalisée dont le Conseil Départemental restera maitre d'ouvrage. Les arbitrages devraient être rendus sous peu. 

Face à une vacance trop élevée et des besoins qui évoluent dans le temps "face à un département qui se séniorise", "l'OPAC doit recentrer son parc".

Laurent Guillaumé

Météo locale

Recherche

Mode et beauté