Saône et Loire

Le Conseil Départemental de Saône et Loire accentue son effort d'investissement

Le Président du Conseil départemental a dévoilé, ce lundi, les grandes lignes du budget 2017. Avec des investissements en hausse sensible. Ils profiteront notamment à la piscine du Creusot, mais aussi pour la construction d’un nouveau gymnase pour le Collège Centre.

«Je constate que ceux qui mettaient en avant le report du budget, sont dans des collectivités qui le reportent !», a glissé, avec le sourire, André Accary, en ouvrant la conférence de presse qu’il a tenue, ce lundi en début d’après-midi, au siège du conseil départemental à Mâcon.
Il en a profité, toujours en introduction, pour souligner que le Département ne pratique pas la ségrégation politique, en annonçant un soutien à deux investissements phare au Creusot.
«J’avais dit pendant la campagne, qu’aucun territoire ne serait oublié. Je vais prendre l’exemple du Creusot. D’abord pour rappeler de l’opposition qui nous avait dénoncé pour des investissements sur Chalon, sur la Mâconnais. Jeudi on va annoncer l’accompagnement de plusieurs investissements sur Le Creusot. C’est au-delà du Creusot, même, puisqu’il s’agira en premier lieu du projet piscine, à hauteur de 400.000 euros. On va aussi aller sur un investissement assez lourd, sur le Collège Centre, avec la salle Clémenceau. Ce sera un investissement de 2 millions d’euros qui va se traduire par la démolition de la salle et la construction d’un nouveau gymnase. On accompagne aussi les projets urbains.
Pour le Collège Centre au Creusot, c’est un accord, entre Le Creusot et le département. On suivra l’avancée des travaux. L’objectif c’est qu’en 2018 on puisse ouvrir».
Pourquoi la construction d’une nouvelle salle de sport ? «On n’était pas d’accord avec l’engagement de nos prédécesseurs. Il fallait en fait investir un million d’euros pour donner un coup de pinceau. Avec le Maire du Creusot on a repris le projet à zéro, pour arriver à un consensus. Pour qu’on dispose d’une salle de sport digne de ce nom. Avec une contribution à hauteur de 200.000 euros de la ville, pour l’aménagement de locaux associatifs à l’étage.

Pas d’augmentation des impôts

«Concernant le budget. Il est en hausse. On n’augmente pas les impôts et on continue à investir. On les renforce à hauteur de 86 millions d’euros. C’est 5 millions d’euros de plus que pour l’année 2016. Avec 0% d’augmentation d’impôt.
Avec une stabilisation de la dette. Je rappelle que ce Gouvernement a décidé pour le département de supprimer 25 millions d’euros en trois ans. Il y a eu une hausse du RSA de 3% et c’est un million d’euros pour le département. Mais +0,6% de hausse pour les agents. Mais aussi 3 millions d’euros pour l’accompagnement des parcours», annonce André Accary, en soulignant aussi : «Pour dégager des marges, on a regardé le fonctionnement et l’organisation de la collectivité»

Des efforts pour les solidarités

«Concernant les politiques solidarités, je veux rappeler que les solidarités humaines c’est le cœur de l’activité. On renforce le budget de 4 millions notamment pour renforcer l’investissement. Avec aussi : Une revalorisation barème APA, 120 nouvelles places EHPAD qui ouvriront en 2017, la création d’un nouvel EHPAD de 90 places en 2018 ; Mais aussi le développement de nouvelles unités de vie, sur trois bassins de vie.
Sans compter +2,9 millions d’euros pour lutter contre la précarité, lutter contre le logement indigne.
Concernant le RSA, on est parti sur un 1,7% supplémentaire. Je ne tiens pas à aller sur un budget peu réaliste, c’est-à-dire avoir des budgets qui ne sont pas sincères. Ca ne va pas mieux, mais c’est moins pire !»

500 tablettes de plus dans les Collèges

«Concernant l’Education et le Sport, c’est 31 millions dans le budget départemental. Les 51 collèges seront équipés fin février pour les alertes attentat.
12 millions d’euros vont être investis, notamment pour le Collège Centre au Creusot et pour le Collège Saint-Cyr à Matour.
On va également investir dans.500 tablettes supplémentaires. On est dans les départements les plus équipés en France.
Depuis des années on parle de circuits courts. On va passer à la vitesse supérieure pour l’étendre aux EHPAD».
On va aussi lancer le laboratoire départemental pour l’agriculture avec 3 millions d’euros dès cette année»

5 millions d’euros de plus pour les routes

«Pour les routes on dépassera 5 millions d’euros supplémentaires, pour 33,5 millions au total, dont le dossier Saôneor. Les routes c’est 90.000 euros par jour.
On a budgété 18 millions d’euros pour accompagner les intercommunalités et les communes. On souhaite une vraie cohérence. Que par exemple un aménagement routier soit en cohérence avec des aménagements futurs».
Et le Président de poursuivre : «Concernant l’aménagement numérique, on a pris de l’avance sur les montées en débit, avec 43 réalisations pour 21.000 habitants. Les premiers travaux pour la fibre vont démarrer fin 2017. Ce sont des chantiers de grande envergure. On s’organise avec les départements voisins. La fin de la première phase est pour 2020. Ce sont 172 millions d’euros pour la 1ère phase».

30 panneaux 71 sur l’Autoroute

«On va continuer l’aménagement des voies vertes, avec 39 kilomètres à l’étude. Fin 2016 on sera 262 kilomètres ! On arrive aux 20 ans», indique André Accary.
Et Elisabeth Roblot de poursuivre : «Pour améliorer notre lisibilité touristique, On va investir pour les installations de 60 panneaux touristiques sur l’Autoroute. «On sera attentif à ce que chaque territoire soit représenté». Après on aura une négociation avec l’Etat, pour aller plus loin sur la RCEA»

Quelles économies ?

«On a les fruits aujourd’hui de notre réorganisation en 2015. Il y a un plus sur les transactions immobilières. Des économies sont faites grâce aux mutualisations. Sur des achats, du travail, ou des directions, chaque fois que c’est possible on le fait.
On a enlevé du budget des politiques sur lesquelles on ne va plus, car la loi ne nous autorise plus. L’opposition va crier au scandale, mais cela a été voté par les deux assemblées», lâche André Accary.

Center Parcs ? «On attend et on espère»

«On a gardé en prévisionnel de budget, l’investissement que l’on a prévu.
Revenons aux faits.  Face aux accusations, j’avais organisé une réunion avec tout le monde. Pour qu’il n’y ait aucune ambiguïté. C’est l’investisseur qui décide. Le projet a été présenté en février 2012, avant les législatives. J’avais demandé si on ne me donnait pas de faux espoirs, comme cinq ans plus tôt, dans la Bresse…
Il y avait trois projets, je rappelle. Cluny 4, le Center Parcs et les Franco Gourmandes.  Il n’y a rien aujourd’hui.
On garde 5 millions d’euros en réserve et 7 millions. Je note que les élus régionaux de la majorité sont divisés, puisque quatre se sont déclarés contre les Center Parcs du Rousset et du Jura».

 
Alain BOLLERY
 
 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche