«L’apprentissage ne doit pas devenir une filière d’immigration massive» selon les élus du RN

Les élus du Rassemblement National Bourgogne-Franche-Comté sont allés à la rencontre du boulanger de Besançon dont la situation de l'apprenti guinéen a été médiatisée. Ils évoquent «une concurrence déloyale entre les candidats à l’apprentissage français et étrangers».

L’apprentissage ne doit pas devenir une filière d’immigration massive !


Samedi 23 janvier dernier, les conseillers régionaux RN de Bourgogne Franche-Comté, Julien Odoul, Jacques Ricciardetti et Sophie Amella ont rencontré Stéphane Ravacley, le boulanger de Besançon dont la mobilisation pour demander la régularisation de son apprenti guinéen Laye Fodé Traoré, a été largement médiatisée.

Au cours d’un échange constructif et respectueux, ils ont pu aborder le manque d’attractivité de l’apprentissage, les difficultés de la formation et les conséquences de l’arrivée massive de migrants qui génère une concurrence déloyale entre les candidats à l’apprentissage français et étrangers. 

Ainsi, l’artisan boulanger a fait le constat que le traitement des migrants apprentis est beaucoup plus valorisant que celui des jeunes de la région avec un cumul d’indemnités, de rémunération et la gratuité de l’hébergement. Ce cumul, qui ne prend pas en compte la gratuité de l’intégralité des soins médicaux, permet au jeune migrant de bénéficier de 1000 euros chaque mois alors qu’un mineur natif du Doubs reçoit moins de 400 euros mensuels lors de sa première année d’apprentissage.

 
 
Les régularisations massives sous le coup de l’émotion et sous le poids des coupures de presse renforcent cette discrimination et le sentiment d’injustice légitime.

Si chacun peut être touché par le parcours et la situation personnelle de Laye Fodé Traoré, le jeune guinéen aujourd’hui autorisé à se maintenir en France, il convient de rappeler qu’il a bénéficié d’une campagne de soutien et d’une starification qui n’aurait jamais été menées en faveur d’un apprenti boulanger bourguignon ou franc-comtois. Laye Fodé Traoré est même aujourd’hui assisté d’un attaché de presse et reçoit des propositions pour faire carrière dans le mannequinat. Il ne fait pas de doute qu’il ne restera pas longtemps dans le pétrin. Pendant ce temps-là, nos jeunes n’ont pas les mêmes privilèges.

A l’aune du pacte de répartition Darmanin-Schiappa qui prévoit de doubler le nombre de demandeurs d’asile en Bourgogne Franche-Comté en 2021, nous pouvons craindre que les centres de formation d’apprentis soient investis par les étrangers.

Les élus du Rassemblement National militent pour une réforme de la formation des jeunes en CAP et la revalorisation de l’apprentissage comme filière d’excellence. Ils demandent l’arrêt immédiat de toutes les incitations à l’immigration anarchique, nationales et régionales, qui vident l’Afrique de sa jeunesse tout en précarisant la nôtre.

Julien Odoul
Président du groupe Rassemblement National

Jacques Ricciardetti
Vice-président du groupe Rassemblement National
Délégué départemental du RN du Doubs

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche