Spécial Vins Côte Chalonnaise

A Rully, David Lefort croise les doigts avant les vendanges

Président de l'ODG de Rully, David Lefort fait figure de petit Poucet en Côte Chalonnaise mais c'est en vrai passionné du vin qu'il gère son domaine depuis désormais une douzaine d'années.

David Lefort n'est ni héritier de domaine ni un viticulteur qui aurait pu profiter d'une donnation familiale lui permettant de plonger naturellement dans cet univers. Et pourtant, le raisin lui colle à la peau bel et bien depuis de très nombreuses années. Et c'est du côté de Mercurey qu'il a fait ses premières armes dans le domaine viticole dès lors qu'il en avait l'occasion. Ses premières vignes, c'est même du côté de Mercurey qu'il a réussi à décrocher quelques rangs, comme une forme de fierté qu'il affiche quotidiennement. 

Atypique, c'est bel et bien le mot qui caractérise David Lefort, lui qui est passé par la case philosophie et d'embarquer jusque sur les bancs de La Sorbonne. Disons-le franchement, ils ne sont pas nombreux sur la Côte Chalonnaise, à afficher un tel parcours de vie malgré son âge. 

"Une tendance difficile à prévoir sur ce millésime"

Après un gel de printemps tardif, qui a mis à mal un grand nombre de parcelles sur la Côte Chalonnaise, David Lefort évoque les problématiques d'un été bien arrosé, oscillant "entre le mildiou et l'oïdium. C'est simple, on a traité jusqu'à tard, le 18 août. On avait bien repris le retard du printemps et puis l'été est venu compliquer le tout". 

"Un beau potentiel en rouge"

Si du côté de Rully, un certain nombre de parcelles de blancs ne devrait pas susciter une forte mobilisation de vendangeurs avec un volume amputé de l'ordre de 50 %, l'espoir est sur les rouges chez David Lefort. "On devrait être sur des rendements supérieurs à une année de sécheresse. Les baies sont plus grosses  avec un rendemement sensiblement supérieur aux années précédentes".

Même si l'année s'annonce compliquée, le domaine Lefort n'a pas trop subi la crise sanitaire même si sa volumétrie de production "20 000 bouteilles/an" lui permet de se préserver. "Avant le COVID, j'avais déjà entamé un travail afin de valoriser les bouteilles davantage vers les particuliers qui représentent aujourd'hui 60 %".

18 mois d'élevage ! 

"Les 2019 arrivent, oui j'ai un retard de 6 mois" concède le viticulteur mais qui assume ce décalage, lié à sa manière de travailler le raisin. "Je suis sur un élevage de 18 mois sur les rouges. C'est un choix personnel de rythme de travail, du respect du produit. Je ne veux pas être dans une commercialisation précipitée".

Côté vendanges 2021, il faudra attendre entre le 10 et le 15 septembre pour le début des crémants et vers le 20-25 septembre pour les autres cépages, en espérant que d'ici là, la météorologie ne vienne pas jouer un énième coup de Trafalgar pour clôturer une année déjà fastidieuse.

7 crus proposés à la vente entre 15 et 30 euros

Quand on parle de petit Poucet de la Côte Chalonnaise, il est toujours opportun de rappeler que le domaine Lefort, c'est 3,3 hectares cultivés dont 3 hectares de 1er crus à Mercurey (Clos Lévêque et Champ Martin) et deux parcelles à Rully.  Le domaine propose à la vente 3 blancs et 4 rouges. 

Laurent Guillaumé