A lire

Info-chalon.com a lu pour vous « Osons » de Nicolas Hulot

C’est un petit livre de moins de cent pages. Style direct et facile, parfois technique ou scientifique, toujours clair. Une feuille de route pour savoir comment chacun à son niveau peut agir pour limiter le réchauffement climatique, clé de survie pour toute la planète. Et interpeller sans ménagement les décideurs politiques. Le sentiment d'info-chalon.com.

« Force est de constater que si la prise de conscience progresse, sa traduction concrète est dérisoire face à l’accélération des phénomènes que nous sommes censés juguler. Les mots servent trop souvent de camomille mielleuse à nos excès de civilisation. Nous sommes technologiquement époustouflants, culturellement affligeants. Nous assistons en spectateurs informés à la marche vers la catastrophe globale ». Dès la première page, on reconnaît le ton lucide et stoïque de Nicolas Hulot. Celui du type qui sait que, par manque d’intelligence collective, la catastrophe est inéluctable mais va mettre toute son énergie à l’éviter ou à en limiter les dégâts.  Qui fait ce qu’il à faire en restant à sa place, à côté du président de la République, sans toucher de salaire et avec une obstination positive. L’envoyé spécial pour la planète ne lâche rien,  pose le triste constat, lance le débat et propose douze mesures aux décideurs politiques. Doublées par des engagements individuels et collectifs. Un contrat citoyen entre dirigeants et citoyens conscients mais pas inactifs. Douze propositions pour les décideurs politiques, dix engagements individuels pour les citoyens : se déplacer à plusieurs et sans moteur, choisir un fournisseur d’énergie 100% renouvelable, mettre fin au gaspillage alimentaire, mettre son argent au vert…. Chacune des propositions ouvre une porte vers de nouveaux comportements. La combinaison de ces vingt-deux engagements devrait donner une planète plus viable et moins empoisonnée.

En 2006, il y a presque dix ans, le pacte écologique du même Nicolas Hulot, élaboré pour mobiliser les candidats à l’élection présidentielle et le public sur les questions de l’écologie avait réuni 730.000 signataires. A la veille du sommet mondial sur le climat, la COP21, qui doit si tout va bien, aboutir à un accord mondial entre 196 pays sur la limitation des émissions de CO2 pour limiter le réchauffement climatique à + 2 degrés celsius, les écrits sont moins denses. Un format et un style épurés,qui visent un très large public en particulier les jeunes, ceux qui subiront directement les conséquences du réchauffement climatique dans leur vie quotidienne d’ici 2050.

Penser à rendre sa santé à la planète implique des choix forcément révolutionnaires. Réguler enfin la finance, mettre l’économie au service des humains, mettre fin aux abus des multinationales. Les trois premières propositions soumises à la bonne volonté des chefs d’Etat portent leur lot de bousculade du système néo-libéral dominant. Mais l’opus se détache du recueil de vœux pieux. La simplicité pédagogique peut donner l’impression d’une fausse naïveté dans la forme, sauf que chaque proposition s’appuie sur des travaux universitaires, des propositions de réforme ou des concrétisations locales qui cheminent depuis des années, sans publicité. Comme celle de « démazouter les investissements » ou « divestment » qui commence à porter ses fruits. Un mouvement parti des Etats-Unis qui pousse peu à peu, fonds de pension et investisseurs à abandonner l’exploitation des énergies fossiles pour les énergies renouvelables. Certains gros investisseurs ont déjà renoncé à des placements dans le domaine pétrolier. Faire bouger les lignes ne relève pas de l’utopie mais d’une réalité possible juste un peu éloignée. C’est tout l’intérêt et la force actuelle de Nicolas Hulot de faire connaître ces propositions alternatives méconnues au plus grand nombre.

 

Florence Genestier

 

Osons, plaidoyer d’un homme libre, Nicolas Hulot. 4,90 € aux éditions LLL, Les Liens qui libèrent.

 

Le lancement de « Osons » par la Fondation Nicolas Hulot s’est appuyée aussi sur une video qui a battu tous les records de vision en France « Break the internet ». Nicolas Hulot s’est entouré des nouveaux comiques d’internet et de You Tube pour toucher les jeunes. Autodérision, décalage, humour, la vidéo a été visionnée au total plus de six millions de fois en quelques jours  et la pétition, destinée aux chefs d’Etat, qu’elle promeut frise les 500 000 signatures aujourd’hui. Passé l’âge de 35 ans, on n’est pas obligé de trouver toutes les vannes hilarantes mais c’est très efficace et le message passe. :https://www.youtube.com/watch?v=yKLWW_j4a_E

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche