Opinion

Au risque de mettre en danger la réforme, l’Etat impose un système inacceptable de financement des contrats d’apprentissage

Pour rappel, en Saône-et-Loire, en 2019, les entreprises artisanales forment 1484 jeunes dans les métiers de l’alimentation, de la production, du bâtiment et des services.

« Halte à la concurrence déloyale. »
« L’ensemble des Chambres de Métiers et Artisanat de France réunies en assemblée générale dénoncent une inégalité de traitement pour le financement de la formation des apprentis qui intègrent les CFA en septembre 2019 face à l’arrivée des nouveauxopérateurs de la formation. »

« Pour la réussite de la Réforme de l’apprentissage et pour les 1484 apprentis formés dans une entreprise artisanale de Saône-et-Loire, nous réclamons le juste prix. »

Jean-Philippe BOYER

page1image1625488page1image1695376

Face au refus du Gouvernement de prendre en compte la motion votée à l’unanimité le 23 mai par l’ensemble du réseau des Chambres de métiers et d’artisanat, réclamant l’application des nouveauxmodes de financement dits « coûts-contrats » à tous les contrats d’apprentissages signés au 1erseptembre 2019, le président de CMA France, Bernard Stalter, a interpellé le Premier ministre parcourrier du 18 juin 2019 sur l’urgence de la situation.

Cette situation met en péril l’égalité de l’offre de formation sur nos territoires alors que les nouveauxopérateurs privés bénéficieront d’une application directe du nouveau mode de financement, mêmepour les contrats signés en 2019 : deux poids, deux mesures que nous ne pouvons tolérer pourl’avenir et l’emploi des jeunes générations.

Cette confirmation financière instaure un système à deux vitesses pour un même diplôme à quelquessemaines d’écart, sous-évalue les besoins réels des centres de formation (car les coûts préfectoraux ne prennent pas en compte les aides complémentaires de la Région qui s’arrêteront fin 2019) etdésavantage les CFA existants au profit des nouveaux entrants sur le marché (opérateurs privés) quibénéficieront des niveaux de prise en charge définis par les branches dès la fin de l’année 2019.

Pour rappel, en Saône-et-Loire, en 2019, les entreprises artisanales forment 1484 jeunes dans lesmétiers de l’alimentation, de la production, du bâtiment et des services.

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche