Journée internationale des droits des femmes 2021 - Rencontre avec Elodie Mottet

Gérante de la boutique de jouets ‘Le petit monde de tentations’, à Chalon-sur-Saône, suite à une reconversion professionnelle, Elodie Mottet, nous dit ce qu’elle pense de cette journée qui divise, chaque année, les avis.

Elodie Mottet, jeune trentenaire, est l’heureuse maman de Raphaël, 8 ans et Lola, 6 ans ; elle et son époux accueilleront d’ici un mois un troisième enfant. Résidant à Saint-Marcel, cette pétillante commerçante a été, avant un changement  professionnel radical, assistante comptable dans des cabinets d'expertise comptable durant plusieurs années. « J'ai décidé un jour de changer de travail pour mon épanouissement personnel et professionnel. Je suis aujourd’hui gérante de la boutique de jouets ‘Le petit monde de tentations’, située au 18 grande rue, à Chalon-sur-Saône. Ce travail est pour moi un plaisir au quotidien », confie-t-elle à info-chalon et, concernant cette journée du 8 mars, elle a son mot à dire :

 « La Journée internationale des droits des femmes est une journée plutôt symbolique dans un calendrier. Je crois que peu de personnes connaissent cette date ! Le 8 mars devrait nous rappeler que certaines femmes se sont battues pour nos droits. Le principal serait que tout le monde retienne de cette journée qu'il ne devrait pas y avoir de différences entre les hommes et les femmes. 

Les femmes doivent pouvoir être aussi libres et indépendantes que les hommes. 

Je suis une femme moderne qui pense que les femmes peuvent réussir aussi bien que les hommes dans la vie, au niveau professionnel, et que tout doit être divisé au niveau de la maison (tâches quotidiennes, les enfants à gérer, etc.). Dans ma vie, je ne pense pas avoir été victime de différences hommes/femmes mais dans la profession de comptable, j’ai constaté que les femmes se sentent souvent moins bien considérées que les hommes. L’actualité est là pour nous rappeler, malheureusement, qu’il existe encore des femmes victimes de discrimination, mais aussi de violences ; ceci nous a été rappelé notamment pendant le premier confinement. Les tenues vestimentaires de certaines femmes ou jeunes femmes dans les rues a également été un sujet qui a fait polémique ces dernières années. Chacune d'entre nous devrait pouvoir s'habiller comme elle l’entend, sans pour autant que des hommes puissent avoir des regards malveillants ou tenir des propos inappropriés, si ce n’est plus. Ceci est regrettable en 2021 ! Cependant, je terminerais par dire que nous avons la chance d'être femme en France car dans beaucoup de pays, la femme n'est pas aussi bien considérée, même s’il reste du chemin à faire, ici et ailleurs, car cette journée a une dimension internationale, ne l'oublions pas. »

Crédit photo : D.R

J.P.B

Annonces

Pub BFC

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche