Chalon sur Saône

Musée Nicéphore Niepce, Chalon-sur-Saône – C’est la dernière…

Dernière inauguration sous la direction de François Cheval. Au programme : 3 très belles expositions temporaires à découvrir de toute urgence (Stéphane Couturier : Alger, Climat de France ; Lamia Joreige : And the living is easy / Variations autour d’un film ; Yan Pei-Ming : D’après photo) et un discours émouvant de la part de celui qui quittera ses fonctions en décembre prochain.

Entouré de François Rebsamen, Maire de Dijon, qui est venu au nom de l’amitié, de Paul Jay, 1er Directeur du Musée Nicéphore Niepce, François Cheval a été remercié pour tout le travail accompli depuis son arrivée au musée en 1996. Vendredi soir, devant une foule très dense, le 1er Magistrat de la ville, a témoigné de sa reconnaissance profonde à François Cheval, expert de l'image, figure culturelle emblématique de Chalon-sur-Saône, connu pour ses prises de position mordantes et toujours en dehors des effets de mode, en soulignant que le Musée Nicéphore Niepce, « c’est aussi, les efforts qui ont été fait pour donner leur chance aux créateurs contemporains ». « Nous devons continuer à faire rayonner ce bijou » a poursuivi le Maire de Chalon-sur-Saône, « Nous sommes en train de travailler sur l’avenir de ce musée. Je comprends les doutes, je comprends l’inquiétude suite aux restrictions budgétaires. Le Musée devait, également, prendre part à ces efforts pour équilibrer les comptes de la ville. […] Il faut donner sa chance au musée, un cadre et un environnement juridique, peut être, autre. Nous tendons vers une nouvelle configuration. Cela passe aussi par la recherche d’autres partenariats. Des alliances fortes se sont nouées mais il nous faut aller plus loin dans cette réflexion. L’idée est d’écrire un nouveau chapitre. La question du lieu se pose  de nouveau également ». C’est dans l'édito du maire, dans un document édité par la ville de Chalon-sur-Saône qu’il faut lire ses mots : « Nous travaillons enfin sur un projet culturel d’envergure pour que Chalon, berceau mondial de la photographie, devienne la capitale de l’image. »

« J’ai passé 20 ans dans la joie » a déclaré François Cheval.

La parole a ensuite été donnée aux artistes invités qui ont témoigné de leur attachement au musée et de leur amitié à François Cheval. Le discours de ce Directeur charismatique était très attendu. Il a souligné que c’est en toute sérénité qu’il quittait le musée, conscient d’avoir profité de 20 ans passés dans l’un des meilleurs musées de France. Heureux d’avoir joui, tout au long de sa carrière, d’une absolue liberté. « Le musée d’aujourd’hui n’est plus ce qu’il a été dans les années 80. J’aime à préciser que le musée est né avec la Révolution française, pour donner à voir toutes ces choses "confisquées" et souligner qu’elles appartiennent à tout le monde. Notre métier, c’est ça… Relier. […] Les musées proposent un combat, celui contre l’ignorance […] qu’ils restent un lieu de contemplation… » et, s’adressant avec beaucoup d’émotion à Paul Jay : « Paul, je te dois beaucoup. C’était tellement facile de travailler après toi, le plus dur avait été fait ».

Météo locale

Recherche

Mode et beauté