Chalon sur Saône

Chalon-sur-Saône se souvient du 5 septembre 1944, jour de sa libération

Il y a 75 ans, le 5 septembre 1944, l'action combinée des Forces françaises de l'Intérieur, des forces régulières et alliées a eu raison des dernières poches de résistance allemande : Chalon-sur-Saône était libérée. Jeudi, en début de soirée, avait lieu la cérémonie commémorative de la Libération de la ville, au Monument aux Morts. Plus de détails avec Info Chalon.

Après Mâcon, le 5 septembre 1944, au matin, débutait la libération de Chalon-sur-Saône, mêlant la 1ère division blindée du général Touzet du Vigier*, les Alliés, marchant en direction d'Autun et de Chagny, et les Forces Françaises de l'Intérieur — dont les maquis de Corlay, Cluny et de Saint-Gengoux-le-National — affrontaient une dure résistance ennemie sur de nombreux points de la ville. Vers 15 heures 30, les ponts de l'ancien canal du Centre sont franchis, et en fin d'après-midi, les cloches sonnaient, les Chalonnais, affluant en masse, faisaient à leurs libérateurs, un accueil délirant.
Les combats ont fait 6 victimes parmi les militaires, 2 parmi les maquisards et 1 civil. Au soir, on recensait 2600 prisonniers allemands.


Après les 4 années de la longue nuit de l'Occupation, le drapeau tricolore peut de nouveau être hissé sur la Mairie.


Ainsi, hier, à 19 heures, 75 ans après, jour pour jour, au Monument aux Morts, sur l'esplanade de la Légion d’Honneur, la Ville de Chalon-sur-Saône se remémorait le jour où Chalon-sur-Saône était libéré du joug de l'occupant allemand.


La cérémonie a débuté par le Chant des Partisans puis Gilles Platret, maire de Chalon-sur-Saône, a énuméré les événements clés de cette journée décisive pour notre ville, devant de nombreux élus, représentants des institutions et associations patriotiques ou anonymes.


Après quoi, le Chant des Africains fut entonné et juste avant le salut aux morts et la Marseillaise, des représentants des associations patriotiques et des élus furent invités à déposer une gerbe devant l'esplanade.


Parmi ces derniers invités à déposer une gerbe, outre le maire, figuraient , entre autres, Thomas Brugger, directeur de l'office des anciens combattants, Jean-Vianney Guigue, Nathalie Leblanc, conseillère régionale, Marie Mercier, sénateur de Saône-et-Loire, Jean-Jacques Boye, sous-préfet de Chalon-sur-Saône, Sébastien Martin, président du Grand Chalon et l'ingénieur en chef de 1ère classe Sylvain Hilairet, directeur de la Base Pétrolière interarmées (BPIA) Caserne Carnot et commandant d’Armes de la place de Chalon-sur-Saône ou le colonel Roger Chaudron de l'Union Nationale des Parachutistes (UNP), Section 712 Guy De Combaud Roquebrune.

 

* Partie de Lyon, la 1ère DB est séparée en plusieurs unités autonomes. Le Combat Command (CC1) , dirigé par le général Sudre , qui progresse sur un axe Villefranche-Chalon ; le CC2, placé sous les ordres du colonel Kienst, suit la route Cluny-Chagny.

 

 

Karim Bouakline-Venegas Al Gharnati

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche