CONFINEMENT - La notion "essentiel" qui me pose problème !

L'édito du jour sur info-chalon.com

Depuis le premier confinement, une notion toute particulière a fait son apparition dans la sémantique gouvernementale, celle de "commerces essentiels" par opposition aux "non-essentiels". Et là ça me chagrine au plus haut point ! Une espèce de classification de caste entre des commerces nobles et finalement les autres. Bien évidemment on peut comprendre l'importance d'apporter dans une crise sanitaire des réponses mais les mots ont une lourde résonnance dans l'inconscient collectif. A qualifier de non-essentiel certains, c'est laisser entendre que finalement ils ne servent à rien... en dehors de payer leurs TVA, leurs impôts directs et indirects, leurs baux commerciaux, leurs droits des terrasses, leurs cotisations sociales et patronales, leurs assurances... et la liste est loin d'être exhaustive ! 

Demain, une autre étape ? On fera le tri parmi les fonctionnaires essentiels et les autres non-essentiels à la vie de la Nation ? Et on vous laisse imaginer ce qui se cache derrière ! 

A l'heure d'une ambiance anxiogène, la Nation a besoin d'être Une et indivisible et les polémiques naissantes ici ou là laissent un goût d'amertume qui présagent des heures sombres pour notre beau pays. L'Heure a besoin d'unité, de solidarité et pas de vaines polémiques politiciennes ou de sémantiques malencontreuses qui ne font que attiser le ressentiment entre les uns et les autres. Pourquoi pas lui ? Pourquoi pas moi ? Ce sont des questions récurrentes qu'on entend tous les jours et des questions légitimes sur le fond et les postures politciennes ne font rien pour apaiser ce sentiment d'abandon par les pouvoirs publics. 

Ce qui est essentiel, c'est notre capacité à travailler ensemble pour sortir vainqueur de ce marasme sanitaire, social et économique. Mais avouons qu'à ce stade de l'Histoire, "ça part plutôt en cacahouètes" !

Laurent Guillaumé 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche