Malgré la crise sanitaire, le COS se développe à l'international

En dépit de la fermeture de la Salle Bornet où le Self-Défense de rue avait pris ses quartiers, Yannick Lahmar n'est pas resté les bras croisés. Bien au contraire, le Club Chalonnais s'est même permis d'exporter la marque COS, dont l'emblématique entraîneur est propriétaire, à l'étranger, aussi bien en Europe qu'en Afrique. Plus de détails avec Info Chalon.

Encore contraint par les restrictions dues au coronavirus, le Self-Défense de rue, avec ses quelques 45 membres à Chalon-sur-Saône, espère un retour à la normale.


«Il faut que les gens comprennent que sur Chalon-sur-Saône, il y a un vrai club de self-défense où l'on travaille sérieusement. Nous, c'est l'efficacité et la mise en situation face à la réalité de la rue. Les agressions peuvent survenir à n'importe quel moment, n'importe où et les agresseurs ne vont pas surtout pas vous prévenir! En réalité, en pratiquant le self-défense, il ne s’agit pas d'exécuter un enchaînement de kung-fu contre son agresseur mais plus de suivre son instinct de survie et de protection avec des gestes aussi simples que maîtrisés. D'où l'importance de travailler sérieusement sur les techniques à employer, notamment des principes fondamentaux comme la gestion de la distance de sécurité, de l'équilibre et de la direction d'attaque, pour faire face à ce genre de situations. Le COS, ce sont toutes les techniques réelles de self-défense de rue», nous explique Yannick Lahmar, entraîneur du club Chalonnais (ici en photo avant la pandémie).


«Efficacité», «Rapidité» et «Simplicité»: des mots qui résument à merveille la pratique du COS, méthode la plus adaptée pour répondre à une agression dans les lieux publics.


Le self-défense se base sur des techniques d'arts martiaux ou de sports de combat, mais ne constitue pas un art martial en lui-même. Cependant, elle peut être considérée comme un sport à part entière, car son apprentissage se révèle exigeant, aussi bien physiquement que mentalement.


Celui-ci nous explique également que cette pratique physique, considérée comme de la légitime défense, n'a pas pour volonté de blesser gravement une autre personne mais d'acquérir la capacité de maîtriser les techniques nécessaires pour se défendre.


Concernant l'actualité du club, l'entraîneur nous apprend que le bureau sera remplacé par un nouveau bureau, à la réouverture de la salle.


«J'attends, comme tous les autres disciplines sportives, la réouverture prochaine de la Salle Bornet mais ce n'est pas pour tout de suite le feu vert vu la crise sanitaire!», renchérit ce dernier.


«Pendant cette période,en plus d'un club sur l'Île de la Réunion, j'ai ouvert les fédérations italiennes, suisses et belges de COS et en parallèle la fédération internationale de COS, laquelle comptera prochainement des antennes au Cameroun, en RDC et en Tunisie», déclare Yannick, propriétaire de la marque COS pour Close-Combat Operational System.


Un développement dont il n'est n'est pas peu fier et qui lui démontre qu'il est sur une bonne voie.

 

Karim Bouakline-Venegas Al Gharnati

 

Annonces

Pub BFC

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche