Chalon sur Saône

CONSEIL MUNICIPAL DE CHALON - Gilles Platret affiche "Plan de relance", les élus de l'opposition préfèrent voir "un simple accompagnement à la consommation"

Le conseil municipal de ce jeudi soir n'aura pas été un long fleuve tranquille pour la majorité municipale pilotée par Gilles Platret. Avec pas moins de 4 minorités différentes, les prises de paroles n'ont pas manqué à l'appel.

Alors que Gilles Platret affiche ostensiblement ce qu'il qualifie de "plan de relance", dans le cadre de la lutte contre les conséquences du confinement lié au COVID19, les conseillers municipaux étaient appelés à s'exprimer sur l'extension de la dotation de chèques-cadeaux au secteur privé, pour un montant total de 350 000 euros. Une première étape  à destination du secteur public avait été validé au cours du précédent conseil municipal, permettant d'octroyer un chèque-cadeau de 75 euros à consommer chez quelques 290 commerçants partenaires. Des chèques qui avaient été distribués en priorité au personnel hospitalier du secteur public mais aussi aux agents des collectivités afin de les remercier de la mobilisation pendant le confinement. 

Déjà à l'époque, des remarques avaient été formulées notamment par Nathalie Leblanc, cheffe de file de Cultivons Chalon, pointant les absents dans les bénéficiaires des chèques. Ce jeudi soir, la majorité municipale a étendu le dispositif au secteur privé, pour quelques 5000 nouveaux bénéficiaires, sans que la liste exhaustive n'eut été publiée. Une question de poids pour les élus des minorités à l'image d'Alain Rousselot-Pailley pour Ensemble Chalon ou Nathalie Leblanc qui ont pointé le "clientélisme", "l'électoralisme", rappelant au passage que Gilles Platret est candidat aux élections régionales du printemps prochain. 

"Un plan de relance ? uniquement vu sous l'angle consommation"

Se retranchant derrière la notion de "plan de relance", Gilles Platret s'est vu accuser de piloter un plan "qui n'en est pas un", "au mieux un simple accompagnement à la consommation pour quelques uns" ont pointé les minorités municipales, dénonçant l'absence " des vrais sujets sur l'habitat ou l'environnement", "plutôt que les effets d'annonces reprises par les médias nationaux".  Nathalie Leblanc s'est étonnée de constater "l'absence de relations avec la CCI ou les organismes consulaires professionnels" ou le soutien "au secteur privé avec l'argent public sur lequel le contrôle de la légalité devrait se pencher" dans cette stratégie, alors que Didier de Carli s'est étonné de voir "figurer dans la liste des bénéficiaires la Grande Distribution". Un dernier reproche sur lequel Gilles Platret a évoqué "le droit et l'obligation de ne pas différencier les commerces d'où la présence de quelques grandes enseignes". 

Laurent Guillaumé 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche