Châtenoy le Royal

19 mars 1962 : fin de la Guerre d’Algérie !

Etre toujours mobilisé et se souvenir est la volonté du monde Combattant de cette 3e Génération du feu. Il serait bon de ne pas l’oublier pour cette 58e Journée du Souvenir et du Recueillement.

La sage décision prise de ne pas commémorer la fin de la Guerre d’Algérie en date du 19 mars 1962, face à cette épidémie qui frappe le monde, cela se comprend mais ne doit empêcher de se souvenir.

Ce n’est pas sans une réaction d’Ancien Combattant d’Algérie, face à la déclaration récente de notre jeune Président de la République affirmant que la Guerre d’Algérie était à ses yeux « le défi mémoriel » de la fin de son quinquennat. Surprenante déclaration surtout quand on laisse sous entendre, il y a trois ans de cela, que la colonisation était « un crime de l’humanité » ou de laisser supposer que cette Guerre était comparable à la Shoah, c’est à se demander si une telle autorité de l’Etat respecte celles et ceux qui, dans ces deux drames historiques, ont été plus des victimes que des acteurs en laissant comprendre une comparaison de tortionnaires, en l’occurrence, au regard de l’Armée Française.
Tous ces gars de 20 ans a qui l’on a pas laissé le choix, qu’ils soient rappelés pour certains ou appelés pour d’autres, tous soldats du Contingent, pour aller « là-bas » défendre et assurer la sécurité d’un territoire constitué de trois départements français : Alger, Constantine et Oran.
Tous peuvent témoigner que l’on était loin de toute sauvagerie ou torture. Certes il ne faut pas le nier et malheureusement certaines règles de conflits laissent place à des unités spécialisées dans la recherche de renseignements. Mais que dire des autres, ceux qui ont vu leurs camarades de combat égorgés et parfois émasculés : il y a des images qui ne s’oublient pas et qui hantent la mémoire humaine.
S’il y a un défi mémoriel à mener il est bien de soutenir ces Anciens Combattants et être aux cotés de cette 3e génération du feu qui a connu quelques 30000 morts, des enfants de la France qui ont payé le prix fort pour un abandon final de ce territoire français.
Alors si cette année la commémoration du 19 mars restera pour l’Histoire une cérémonie sans le rassemblement de ceux qui sont ces Anciens d’Algérie et du conflit d’Afrique du Nord en général, il est bon de faire mémoire de ses dix années de guerre, de respecter ces Anciens Combattants au même titre que eux, ces Anciens, respectent leurs glorieux ainés qui ont combattus en 1914-1918 et 1939- 1945. C’est un devoir de mémoire, il est là le défi mémoriel.

JC Reynaud

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche