A lire

Chez Develay, le vendredi 15 avril, Nicolas Dupont-Aignant expliquera comment il compte « remettre la France debout »

Auteur d’un livre récemment publié chez Fayard - « France, lève-toi et marche » -, Nicolas Dupont-Aignant sera l’invité de la librairie-papeterie Develay le vendredi15 avril, à partir de 16 heures. Info-chalon.com a lu pour vous.

« Comment voulez-vous que les autres croient en vous, si vous n’y croyez pas vous-même ? » Si rien ne permet d’affirmer avec certitude que Nicolas Dupont-Aignant a lu et médité les propos de ce Charles de Gaulle (1) dont il se réclame sans ambiguïté, cela ne fait pas l’ombre d’un doute en tout cas : le député de l’Essonne et figure de proue de Debout la France croit en lui et en son destin national. Il y croit même dur comme fer. C’est en tout cas la conclusion que l’on peut assez naturellement tirer une fois refermé le livre qu’il vient de publier chez Fayard, sous le titre aux connotations assez mystiques de « France, lève-toi et marche » (2). Il croit tellement en lui qu’il sera d’ailleurs candidat à l’élection présidentielle de 2017, ce qu’il prend le soin d’annoncer noir sur blanc, à la page 207. Sans doute pour le cas où son lecteur aurait été tenté de penser que le réquisitoire sans appel qu’il prononce dans son livre contre la classe politique actuelle et passée ne poursuivait aucun objectif concret. Car c’est bien d’un réquisitoire qu’il s’agit. Pour tout dire, « NDA », comme le surnomment ses soutiens, n’y va pas avec le dos de la cuillère avec tous ceux, de droite comme de gauche, qu’il accuse, non sans raisons, d’avoir fait de la politique un vulgaire bal des égos, un marigot pour carriéristes aguerris, prêts à toutes les bassesses, à toutes les compromissions, y compris sacrifier la France, après avoir vécu sur son dos. Si bien que, sous sa plume, la droite comme la gauche de gouvernement, détaillants d’un même grossiste, à savoir cette Europe technocratique et libérale qu’il voue aux gémonies, ne sortent pas grandies de France, lève-toi et marche. Le contraire eut d’ailleurs été étonnant de la part de quelqu’un se réclamant d’un homme comme Charles de Gaulle qui, comme on le sait, n’avait que mépris pour l’une comme pour l’autre, et fuyait les partis qu’elles sécrétaient comme d’autres fuient la peste.

La droite et la gauche de gouvernement récusées, Nicolas Dupont-Aignant fait-il pour autant état d’un projet politique susceptible de « remettre la France debout », cet objectif – un peu vague – qu’il semble manifestement s’être assigné ? Pour peu que l’on prenne la peine de lire son livre jusqu’au bout, ce n’est en fait guère douteux. « NDA » a un projet. Un projet d’inspiration gaullienne. Un projet visant, à l’instar de son mentor, pour qui « la France n’est réellement elle-même qu’au premier rang » (3), à redonner à son « cher et vieux pays » la place qui aurait dû continuer d’être la sienne : la première place.

Ce projet pour une France que « NDA » dit n’aimer que « libre », comme Romain Gary avant lui, d’aucuns le trouveront probablement à leur goût. D’autres, en revanche, n’y verront qu’une forme de nostalgie à l’égard du « bon vieux temps », totalement hors de propos, ou encore non-souhaitable. D’autres, enfin, ne demanderont peut-être qu’à être convaincus de la pertinence ou de la faisabilité d’un tel projet. Si tel est le cas, qu’ils sachent que l’opportunité de rencontrer Nicolas Dupont-Aignant leur est offerte par la librairie-papeterie Develay, qui recevra celui-ci dans ses locaux le vendredi15 avril, à partir de 16 heures.

 

(1) Cité par Alain Peyrefitte dans C’était de Gaulle, Fayard, 1994

(2) Nicolas Dupont-Aignant, France, lève-toi et marche, Fayard, 2016, 285 p, 19,50 EUR

(3) Charles de Gaulle, Mémoires de guerre (t.1), 1954, Plon

 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche