Bourgogne

En Bourgogne-Franche Comté, le FN implose entre les Pro-Philippot et les Pro-Le Pen

Sophie Montel, la présidente du groupe FN, a été mise en minorité. Un nouveau groupe s'est constitué. Il est fort de 15 élus. Sophie Montel n'a plus de groupe.

Ce n’était pas la joie ce vendredi matin dans les rangs du Front National, avec une absente de marque à l’ouverture de la séance. Sophie Montel, la présidente du groupe Front National, n’était pas là et est arrivée bien plus tard, en plein débat sur la transition énergétique. Transition, un mot qui collait parfaitement aux bruits de couloir parvenus jusqu’à la presse, annonçant un tremblement de terre au sein du groupe FN, avec une probable scission, pour ne pas dire une explosion du groupe.
Il était question de la mise en minorité de la patronne du groupe, Sophie Montel. Quinze élus font scission. Ils seront peut-être seize.

Le nouveau groupe se nomme «Groupe Front National rassemblement Bleu Marine» :


Patrice Lombard, Alexandrine Ferrand, Julien Odoul, Stéphane Montrelay, Franck Gaillard, Isabelle Delyon, Julien Guibert, Jacques Ricciardetti, Edouard Cavin, Damien Cantin, Florence Lassarre, Sylvie Beaulieu, Valérie Redl, Karine Champy et Marcel Stephan. C'est ce dernier, en sa qualité de doyen, qui assure la présidence du groupe actuellement. Mais la présidence devrait être «tournante» à l'avenir. On attendait par ailleurs la décision d'une seizième élue, Sophie Amella, absente ce vendredi.

Au sein des troupes frontistes, l'élection présidentielle et la relative débâcle aux législatives, ont laissé des traces.
Sophie Montel, devenue vice-président du micro-parti «Les Patriotes» de Florian Philippot, est en grand froid avec Marine Le Pen n’a pas spécialement apprécié la démarche. Florian Philippot, l’ex favori de la Présidente frontiste, est devenu, tout comme ceux qui l'on rallié, un paria pour nombre de dirigeants et militants du FN.

Pour la première fois depuis le début de la mandature régionale, les bancs du FN ont le plus souvent été à moitié-pleins. L’unité de corps portée en étendard depuis le mois de janvier 2016 ne semblait être qu’un souvenir, signe que Sophie Montel  est de toute évidence en partie isolée. Et elle qui avait fait pousser Valérie Redl hors du groupe FN à la Région, semble bien se retrouver en minorité au milieu des élus régionaux. De toute évidence, Marine Le Pen a demandé à ses troupes de monter au front – si l’on peut dire - pour isoler celle qui, cela semble acquis, pourrait bientôt ne plus être la leader du groupe FN à la Région Bourgogne – Franche-Comté. Sophie Montel aujourd'hui est orpheline. Elle n'a plus de groupe. Elle et ses amis se retrouvent à neuf... Et il faut dix élus pour faire un groupe. Autant dire que c'est Sophie Amella, absente ce vendredi, qui décidera si oui ou non Madame Montel peut toujours être à la tête d'un groupe minoritaire dans la mouvance frontiste au Conseil Régional. Notons que les Saône-et-Loiriens Lilian Noirot, Nicole Caboche et Antoine Chudzik ont choisi de rester fidèles à celle qui avait mené la campagne des régionales.
Cela alors même qu'Antoine Chudzik, qui était candidat dans le Charolais, aurait été suspendu pour des critiques mal appréciées par la direction du Parti. Ambiance, ambiance.

Alain BOLLERY et Nicolas RICHOFFER



 
 
 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche