Chalon sur Saône

MENU DE SUBSTITUTION - Gilles Platret entend saisir le Conseil d'Etat et le Conseil Constitutionnel

Retoqué par la cour administrative d'appel de Lyon, Gilles Platret n'entend pas baisser pavillon sur le dossier des menus de substitution dans les cantines scolaires chalonnaises. "Personne ne me contraindra à rétablir le fichage dans les cantines" a déclaré l'élu chalonnais en conférence de presse ce mardi en fin d'après-midi.

Comme on pouvait s'en douter, Gilles Platret et la ville de Chalon entendent porter le dossier des menus de substitution devant les plus hautes juridictions de l'Etat. La décision de la cour administrative d'appel de Lyon ayant été jugée par Gilles Platret comme "un encouragement communautaire" évoquant un contexte national " de raidissement de la revendication religieuse avec une décision du juge aujourd'hui qui encourage les conflits".

Gilles Platret s'est interrogé sur le fait "est-ce que tout se passait bien avant entre 1984 et 1995 ?" avant de rappeler selon lui l'existence "de tables confessionnelles" et l'organisation d'un service public à partir "d'un fichage des familles". 

"Depuis 2015, depuis 4 rentrées, tout fonctionne très bien"

Gilles Platret a rappelé que depuis la décision prise en conseil municipal par la ville de Chalon sur Saône, "il n'y a plus de plat de substitution, aucune baisse de fréquentation, aucun conflit lié à la suppression des plats. C'est la 4e année où tout se passe bien avec un service public neutre et laïc". 

"C'est un débat de fond qui dépasse Chalon sur Saône. Sion cède la-dessus, c'est la laïcité qui est attaquée" a rajouté l'élu chalonnais, considérant que sa bataille est une bataille emblématique qu'il entend porter devant les plus hautes juridictions. 

"Je suis contre le principe du fichage en dehors du fait que ce soit illégal, c'est ce qui motive" avant d'évoquer ce qu'il considère comme "les théories fumeuses du rapporteur public" qui évoque "une évolution de la laïcité sans aucun fondement juridique. La laïcité reste séparation".

Gilles Platret entend saisir le Conseil d'Etat et le Conseil Constitutionnel

En conférence de presse, le maire de Chalon sur Saône a annoncé sa volonté de saisir le Conseil d'Etat "afin de casser la décision du tribunal administratif de Dijon" ainsi que le Conseil Constitutionnel afin de se pencher sur le côté législatif du dossier des menus de substitution.

Le retour des menus de substitution ? 

"Personne ne me contraindra à établir le fichage des familles et le retour des menus de substitution passe pas le fichage. Ce n'est pas possible parce que c'est illégal" a prévenu Gilles Platret. "Est-ce qu'on morcelle la société ou on considère de préserver un espace où la loi de la République et elle seule s'applique. C'est une vraie question de société qui se joue aujourd'hui" a conclu le maire de Chalon sur Saône. 

Laurent Guillaumé 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche