Chalon sur Saône

ANGIOPLASTIE A CHALON - Les cardiologues montent au créneau et demandent du courage au directeur général de l'ARS

On aurait pu espérer des gages donnés par l'ARS en cette journée très attendue par les agents du centre hospitalier William Morey mais Pierre Pribile, Directeur Général de l'Agence Régionale de Santé a bien pris de soin de ne pas donner de date pour l'arrivée de l'angioplastie-coronographie sur Chalon sur Saône.

On aurait tant aimé que le Directeur Général de l'ARS soit plus affirmatif sur le dossier de l'angioplastie-coronographie chalonnaise mais il n'en fut rien. Même si Pierre Pribile a répété à plusieurs reprises de lui faire confiance sur le dossier de l'angioplastie, il a annoncé un accord formulé entre les trois établissements de Dijon, Mâcon et Chalon sur Saône, "pour mettre en place un projet commun. Ca va être de réduire les temps d'accès aux plateaux techniques en matière de coronographie. Les trois établissements ont convenu de poursuivre ensemble des objettifs communs, des objectifs partagés". Des propos qui n'ont pas soulevé grands enthousiasmes de l'assemblée avec près de 400 personnes présentes ce jeudi au sein du self de l'hôpital.

Où sont les engagements ? 

Sur le dossier de l'angioplastie, c'est tout naturellement l'une des figures du "mouvement", à savoir Arnaud Dellinger qui est monté au créneau, "en juillet dernier, vous aviez donné au docteur Dubot, Président de CME de Chalon des assurances claires sur la résolution de la crise de l'angioplastie-coronaire et sur votre engagement personnel. Six mois plus tard, nous constatons que sans bruit et sans difficulté, un partenariat a pu se mettre en place avec efficacité entre un centre privé de Mâcon et le CHU de Dijon pour une activité médicale à Chalon : pas de groupement de coopération sanitaire, quelques rencontres entre personnes de bonnes volonté et de simples conventions. Malheureusement cette avancée concerne la radiologie et l'imagerie médicale et non la cardiologie". 

"Pourquoi retarde-t-on l'installation d'un centre d'angioplastie à Chalon, centre créant une activité bénéficiaire de 250 à 350 000 euros par an ? Faut-il préserver les intérêts financiers des hôpitaux et cliniques disposant de cette autorisation actuellement ? Pourquoi ne pas faire apparaître cette activité dans le cadre du plan de retour à l'équilibre financier de l'établissement dès 2020, le temps de mettre en ordre l'autorisation et de réaliser l'installation ? Faudra-t-il un accident médical avec plainte contre l'établissement ou contre l'Etat, une crise des soins plus grave que celle que nous vivons ou la manifestation plus profonde de l'exaspération populaire pour obtenir de votre part des actes précis et datés ?".

L'accusation de trop vis à vis du docteur Dellinger

Alors que l'ancien Président de la CME avait pris soin de rester dans le respect des propos, Pierre Pribile a sans doute prononcer le qualificatif de trop, précisant "que le docteur Dellinger n'a fait que prophétiser l'échec d'une coopération qui vient de démarrer". Des propos de trop qui ont soulevé la réaction immédiate du cardiologue chalonnais.

"J'appelle au contraire à une prophétie de bonheur"

Très remonté face aux propos du directeur général de l'ARS, Arnaud Dellinger a dégainé aussitôt rappelant "qu'il appelle à une prophétie de bonheur. Je souhaite que cette coopération aboutisse mais elle  sortir de l'hypocrésie qui règne et avoir des gens courageux et non pas des gens qui agitent des marionnettes". 

Des propos tranchants et musclés salués par des salves d'applaudissements. En attendant, alors que Pierre Pribile avait l'occasion rêver d'apaiser les choses, en moins en annonçant l'autorisation d'un plateau technique, le rendez-vous du jour s'est bel et bient transformé en rendez-vous râté. 

Le coup de gueule du docteur Philip

"Vous vous rendez compte dans quelle situation vous nous placez ! .  La coopération, c'est Chalon qui la veut, ce n'est pas le CHU, ce n'est pas Mâcon. Depuis 2012, c'est nous qui proposons. Regardez les PV ! Au coeur de ce parcours, il y a l'angioplastie avec  des critères sortis de nul part, totalement fallacieux, liés à des intérêts politiques et fallacieux au détriment du soin et des malades. Inscrivez Chalon au COPERMO ! On sait qu'en installant l'angioplastie à Chalon, on soignera mieux et moins cher".

 

Laurent Guillaumé 

Plus d'infos plus tard sur info-chalon.com

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche