Chalon sur Saône

À Chalon-sur-Saône, Pôle Emploi «a fait le job» en 2018

Dans le Chalonnais, chiffres à l’appui, Pôle emploi annonce de bonnes performances de ses équipes et de sa stratégie en 2018. Plus de détails sur info-Chalon.

Après les résultats pour le département de la Saône-et-Loire, info-Chalon s'intéresse aux chiffres concernant le Chalonnais et pour ce faire, nous avions rendez-vous avec Mme Sophie Bourdiaux et M. Jöel Bruchon, respectivement, directrice de l'agence du 27, Avenue Georges Pompidou et directeur de l'agence du 19, Avenue John Fitzgerald Kennedy, à Chalon-sur-Saône.


10 146 retours à l’emploi en 2018


«Nous avons le sentiment d’avoir fait le job sur le front de l’emploi. Notre bilan 2018 est positif puisque bon nombre des objectifs ont été atteints», assure Mme Bourdiaux. «2018 a été une année positive et le Bassin Chalonnais dynamique», résume son homologue masculin.


Dans les faits, les deux agences de Pôle emploi à Chalon-sur-Saône ont accompagné le retour à l’emploi de 10 146 personnes en 2018 (+4,3 points), ce qui représente 31,2% du département. Selon cette étude interne sur le marché du travail, le taux de satisfaction des demandeurs d’emploi atteint 77,2%, soit 0,1% de plus que le département. Celui des entreprises est de 66,3% en 2018. Les agences Chalonnaises qui revendique 1300 abonnés sur Facebook, nous indiquent également que les retours à l'emploi (dans les six mois suivant la formation) représentaient 65,4% dont 34,95% d'emplois durables (CDD de plus de six mois et CDI) sans oublier 2392 emplois intérimaires.


Dans le Bassin de Chalon, les chômeurs représentent 7,8% de la population (8,8% dans toute la population française) sur le quatrième trimestre, soit 7 187 dans la catégorie A* (- 2,3 points) et 13 180 pour les catégories A,B et C** (-2,2 points).


14% de jeunes (-7,1 points), 59% des 26-49 ans (-3,8 points), soit 7 731 demandeurs d'emploi, et 28% des 50 ans ou plus; 47% d'hommes et 53% de femmes pour les catégories A,B et C. La baisse du nombre de chômeurs se ressent aussi chez les personnes porteuses de handicap, ils ne représentaient plus que 8% des demandeurs d'emploi (-4%), soit 1091 personnes.


Multiplications d’actions sur le Bassin de Chalon


Une nouvelle stratégie a vu Pôle emploi recentrer ses efforts sur les publics les plus éloignés de l’emploi, mais également sur les secteurs d’activité les plus en tension, avec de nouvelles méthodes de recrutement qui mettent en avant les savoir-être plus que le savoir-faire. Pôle emploi a également mis en place des formations et des opérations de coaching qui visent à apprendre aux candidats à mettre en valeur leurs atouts mais aussi à permettre aux entreprises candidates à l’embauche à savoir se rendre attractives.


Les actions de Pôle emploi dans le Bassin de Chalon prennent parfois des formes très éloignées de ce que l’on attend généralement de ses conseillers. «Pour certains postes très techniques qui ne trouvaient pas preneur, des conseillers des deux agences de Chalon-sur-Saône ont réalisé des vidéos permettant, in situ, à des demandeurs d'emploi de parler de leurs expériences. Le résultat a été mis en ligne, relayé sur nos réseaux sociaux et envoyé parfois de manière ciblée sur certains mails. Plusieurs postes ont été pourvus de cette façon» assure M. Bruchon, directeur de l'agence située aux Près Saint-Jean.


Les équipes des deux agences de Chalon-sur-Saône multiplient les actions chaque semaine : découvertes de métiers, bourses aux emplois, rencontres entre demandeurs et entreprises, job dating et job dating inversé – qui veut que ce soit à l’entreprise de séduire un candidat- opérations de recrutements organisées directement dans les entreprises… des centaines d’opérations chaque année, qui sont régulièrement élaborées avec des associations et des acteurs privés.


Côté chiffres, pour les formations, cela représentait 7230 personnes indemnisées (-5% en octobre 2018), 1411 entrées en formation dans le Bassin, tous les financeurs confondus (Conseil région, OPCA, AGEFIPH, Pôle Emploi, etc) pour un budget total concernant les deux agences avoisinant les 518549 € pour 704 formations sur les 1411 et 170 contrats aidés.


Pôle Emploi à Chalon-sur-Saône, c'est aussi 125 746 déclarations préalables à l'emploi (+3,6%). «Nous faisons mieux ici que les performances nationale et régionale de Pôle emploi, notamment dans l’efficacité de l’accompagnement des demandeurs mais nous savons que nous devons faire mieux encore, notamment en direction des entreprises en situation de pénurie de candidats» admet M. Bruchon.


Manque d'effectifs pour les secteurs sous tension


Et c'est là que le bât blesse. Sur le Bassin Chalonnais, dans l’industrie, les tensions sont évoquées principalement dans le secteur de la mécanique-métallurgie. Les entreprises des services à la personne, du transport, de la logistique, de la santé, de l'hôtellerie et de la restauration rencontrent également des problèmes de recrutement.


En 2018, il y a eu que 230 intentions d'embauche pour le transport, 2360 pour l'hôtellerie et la restauration et 283 pour la santé, à titre d'exemples.


Outre le défaut de l'image, point sur lequel Pôle Emploi travaille avec les entreprises à son amélioration, ces dernières sont face à la difficulté à trouver les bons candidats, la localisation géographique du poste étant parfois un élément qui joue en défaveur des recruteurs dans le Bassin. Cela se vérifie d’autant plus pour des métiers rares ou qui s’exercent plus fréquemment dans certaines villes ou bassins d’emploi spécifiques. Ces métiers demandent des il faut des compétences techniques fortes.
Manque flagrant de candidatures, profils parfois inadaptés au besoin des entreprises (durée expérience, domaine de spécialité, niveau de formation), ce à quoi peu s'ajouter la localisation géographique du poste, la Bourgogne étant considéré comme une zone essentiellement rurale et donc peu attractive pour les jeunes diplômés lui préférant les grandes villes comme Paris, Lyon, Montpellier, Nice, Bordeaux ou Nantes, pour ne citer qu'elles.


«Certaines entreprises ont des demandes très spécifiques ou cherchent des ouvriers très qualifiés. (...), à Pôle Emploi, on a encore du mal à trouver des techniciens dans le secteur de l'industrie. C'est lié au fait que la demande est supérieure à l'offre», nous précise M. Bruchon.


Bonne perspective pour 2019


Mais il ne faut pas noircir le tableau. Pôle Emploi affiche, dans le Chalonnais, des bons résultats et le secteur est plus que satisfaisant. Mme Bourdiaux parle d'une «bonne dynamique et d'une bonne synergie entre tous les partenaires». M. Bruchon, quant à lui, il évoque un grand pourvoyeur d'emplois qu'est Amazon, «loin des clichés, Amazon ou Rhenus sont des porteurs d'emploi, deux sociétés qui, par exemple, permettent une opportunité de carrières trés intéressante même en partant du bas de la hiérarchie», nous fait savoir le directeur d'agence.


Chez Framatome, un bon retour à l'emploi avec d'importants recrutements, l'année dernière. L'ouverture du Mégarama a entraîné dans son sillage plus de 150 emplois dans la restauration (KFC, Au Bureau, Les 3 Brasseurs) dont 80 rien que pour le seul KFC. Bientôt installé, lui aussi dans le secteur du Sud de la ville, American Way devrait attirer une vingtaine de nouvelles embauches.


La Zone industrielle Nord n'est pas en reste avec l'arrivée pour le printemps de SGT qui va employer à long terme une centaine de personnes, avec le soutien du Grand Chalon. Ce même Grand Chalon, présidé par M. Sébastien Martin, qui planche sur la construction d'une nouvelle route, chantier vecteur d'autres emploi.


«Nous sommes sur la bonne voie et ces chiffres récompensent d’abord le travail de nos conseillers et la stratégie mise en place depuis quelques années par Pôle emploi» nous dit en guise de conclusion, la directrice de l'agence située au 27, Avenue Georges Pompidou.

 

* (A) Personne sans emploi, tenue d'accomplir des actes positifs de recherche d'emploi, à la recherche d'un emploi quel que soit le type de contrat (CDI,CDD, à temps plein, à temps partiel, temporaire ou saisonnier).
**(B) Personne ayant exercé une activité réduite de 78 heures maximum par mois, tenue d'accomplir des actes positifs de recherche d'emploi et (C) Personne ayant exercé une activité réduite de plus de 78 heures par mois, tenue d'accomplir des actes positifs de recherche d'emploi.

Karim Bouakline-Venegas Al Gharnati

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche