Chalon sur Saône

Clôture de la quinzaine béninoise à l'Arrosoir de Chalon-sur-Saône

Dimanche après-midi, à l'Arrosoir c'était la clôture de la quinzaine consacrée au Bénin, petit pays d'Afrique de l'Ouest, adossé à l'Atlantique. Plus de détails avec Info Chalon.

Dimanche, après un repas africain concocté pour tous les participants des 2 semaines (public, musiciens, bénévoles etc), la fanfare Olaïtan du Bénin, après avoir mis l'ambiance dans les rues de Chalon-sur-Saône, qui s'était invitée à l'Arrosoir, situé au 11 Impasse de l'Ancienne Prison, donnait un concert dans la cour de l'établissement avec Akpé Jô Mimi, qui pourrait se traduire par «Le rassemblement du souffle» en gungbe, une langue parlée dans le Sud du Bénin et dans l'Ouest du Nigéria.


Rappelons qu'en yoruba, une des principales langues du Nigéria, parlée également dans une partie du Bénin et du Togo, Olaïtan, signifie «La source qui ne tarit jamais».


Dans un même souffle, un même élan généreux, la réunion de deux familles musicales rodées dans la rue qui abolit toutes les frontières en interprétant des compositions originales inspirées d’une Afrique fantasmagorique.


Lors de ce concert unique, il y avait pêle-mêle Calliste Houannou (trompettes), Christophe Takpa, Patrick Charbonnier (trombones), Jean-Paul Autin, Sylvain Vast, Lionel Garcin, Guillaume Orti (saxophones), Simon Yambode, Cyprien Assinou, Jules Gnanmassou (percussions), Edmond Tossou (tuba) et Étienne Roche (contrebasse).


Étaient présents notamment deux des «Gazelles» des Aubépins (Néné et Soso), Sylvain Fargeix, professeur de chant qui officie également au Conservatoire du Grand Chalon et Michel Gillot, directeur de l'Arrosoir.


Véritable moment fort de cet après-midi festif à l'Arrosoir où le public avait l'occasion d'acheter des cds de la fanfare Olaïtan ou des instruments à percussions venus du Bénin, ce concert met un point final à cette quinzaine débutée le 11 juin, avec la participation de l'Arrosoir, le Conservatoire du Grand Chalon et la Maison de quartier des Aubépibs, elle était consacrée à cette lointaine contrée francophone, qui correspond à l'ancien Dahomey et berceau mythique du vaudou qui a traversé l'Océan pour le Nouveau Monde, en particulier Haïti.

 

 

Karim Bouakline-Venegas Al Gharnati

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche