Châtenoy le Royal

Une Journée de la Déportation pour ne pas laisser les consciences au repos

Une commémoration de la Journée du souvenir de la Déportation qui a revêtu comme il se doit la gravité nécessaire afin que les victimes du nazisme et de la collaboration ne soient pas oubliées

Le message des associations de déportés et internés pour cette journée nationale, lu au pied du Monument aux morts par Colette Michelin, fille d’un déporté, a souligné toute l’importance à ne pas oublier ces instants et ces épreuves aux finalités répressives. « Un devoir de mémoire » soulignera Vincent Bergeret, Maire de Châtenoy-le-Royal, en cette période ou le fanatisme, le racisme, la xénophobie ne cessent de ressurgir à travers le monde et dans notre pays ou la passion, voire des écrits, dépasse souvent la raison.

Le contenu du message est une résonance dans notre monde actuel, mais surtout un rappel afin de ne pas revenir dans un désordre pouvant entraîner le cahot, afin que le respect de l’homme soit au-dessus de toute idéologie totalitaire.

Le maire était également entouré de Madame le Sénateur, Marie Mercier et de la Vice-présidente du Conseil départemental et Conseillère régionale, Isabelle Dechaume, qui accompagné de Madame Michelin, ont déposé sollenellement trois gerbes au pied du Monument aux Morts. Le Comité de la FNACA, de son coté, ayant déposé une gerbe au Monument du cimetière.

La Banda en version Harmonie municipale a sonné ces instants de partage devant un public un peu clairsemé ou l’on pouvait voir des élus du Conseil Municipal et des présidents d’associations. Un vin d’honneur offert par la Municipalité étant servi à la salle des Charmilles dans la cour du presbytère

JC Reynaud

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche