Faits divers

TRIBUNAL DE CHALON - Pris la main dans le sac avec 2490 paquets de cigarettes de contrebande

L’expression « tourisme judiciaire » ne renvoie pas seulement aux photos des différents palais de justice de par le pays, et de par le monde, elle peut aussi désigner la situation de certains délinquants qui se font attraper au vol par les douanes, par exemple.

C’est le cas de Farid D., arrêté sur l’aire de Saint-Ambreuil samedi dernier à l’heure du café, avec 249 cartouches de cigarettes Marlboro dans sa voiture. Il revenait de Belgique et rentrait à Lyon. Fin de la course au TGI de Chalon-sur-Saône, comparution immédiate ce lundi 2 juillet pour importation en contrebande.

249 cartouches, soit 2490 paquets, soit un coût ramené au prix de vente officiel en France de 8 euros par paquet : les douanes estiment que Farid D. transportait pour 19 220 euros de marchandise, et c’est le montant de l’amende qu’elles réclament. On s’en doute, ça ne tombe pas bien pour Farid qui conteste toute participation au moindre trafic organisé, du moins il conteste y avoir une place. « Il y a pourtant des éléments suspects au dossier », remarque la présidente qui se trouve être aussi une juge d’instruction. Outre l’organisation du voyage, le prêt du véhicule, des interrogations sur les autres personnes impliquées, et de nombreux messages dans son téléphone de personnes lui demandant des cigarettes, le prévenu avait été mis en cause en mars 2015 pour du transport illégal de cigarettes, mais « c’était juste pour une cartouche que j’avais achetée en Allemagne ».

Non, l’histoire de Farid, telle qu’il la présente, c’est qu’il est né à Saint-Nazaire en 83, qu’il vit à Lyon, qu’il fut délinquant (14 mentions à son casier), et même incarcéré une fois, il y a 12 ans, et puis qu’il a arrêté, du moins ce qui à ses yeux à lui constitue des actes délinquants. Il s’est marié, a eu deux enfants (11 et 7 ans aujourd’hui). Mais il a divorcé, ça lui a coûté cher, il a ses enfants en garde alternée, des dettes de CAF (fausses déclarations, condamné en octobre 2016 à 3 mois de prison assortis d’un sursis mis à l’épreuve de 2 ans, ce qui fait qu’il est encore sous main de justice), et puis des dettes de loyer (près de 4000 euros), alors voilà, il a besoin d’argent et a accepté d’aller chercher et de rapporter à Lyon les 249 cartouches de cigarettes, pour 1000 euros.

Le reste, le contexte du dossier, le propriétaire de la voiture connu pour trafic de tabac ? « J’en ai entendu parler vaguement. – Avant votre garde à vue, ou pendant ? » Farid réfléchit, assez longuement, puis se décide : « Pendant la garde à vue. » Le reste, donc, il l’évacue et recentre sur sa situation, parce que son sursis mis à l’épreuve se passait apparemment bien, et là il est très mal : « J’ai vu la vérité en face, j’ai vu la maison d’arrêt, j’ai vu le choc que ça m’a fait. » Pourtant il a déjà été incarcéré ? « Oui, mais c’était il y a 12 ans ! » 12 ans, c’était avant ses enfants, avant son mariage, et désormais avant son divorce et le cumul de dettes avec des revenus bas (il perçoit 1300 d’allocations au retour à l’emploi, puisqu’il a travaillé, donc cotisé).

Maître Sarikan a écumé le net avant l’audience, « j’ai pu constater au travers de différents articles que dans les grandes villes on s’adonne au trafic de cigarettes ». Il revient sur son client : « Il n’arrivait pas à apurer ses dettes, et donc… »
Donc Farid D. va poursuivre sa halte bourguignonne : 6 mois ferme avec mandat de dépôt. L’horizon « fin de dette » recule infiniment, il a désormais une amende de 19 220 euros à payer aux douanes.

FSA

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche