Faits divers

TRIBUNAL DE CHALON - Alcool et volant font mauvais ménage

Que faisiez-vous samedi dernier à 9 heures le matin ? Damien X, 46 ans, lui, buvait un coup chez lui. Du whisky. Il a dû en boire plusieurs, parce que lorsque son véhicule s’est emplâtré en sortie de rond-point à Chalon sud, et que la police l’a soumis à l’éthylotest, son alcoolémie était de 2.52 grammes. Déprimé, seul, isolé, l’homme ne tient que par son travail : 15 ans de CDI déjà, et une bonne situation, des compétences pointues, des missions dans le monde entier, mais à l’intérieur de lui, c’est une autre histoire.

En juillet 2017 déjà, Damien X fut contrôlé. C’était le 18 juillet. Le 14, il était victime d’un cambriolage, « de voir tout retourné chez moi, c’était dur, je suis déjà assez déprimé comme ça. » Le 18, il prend en voiture un sens interdit, tout en téléphonant. Contrôle. Alcoolémie de 2.24 grammes. L’intervention de l’autorité judiciaire le pousse à faire gaffe, et du box où il comparaît, ce lundi 3 juillet, en comparution immédiate, il dit qu’il avait réussi à éliminer tout l’alcool, et à présenter une prise de sang impeccable. « Mais en février mon amie m’a quitté. »

On peut dire ce qu’on veut, et tourner les choses dans tous les sens, quand ça ne tient pas, ça ne tient pas. Damien X n’a pas bonne mine, son teint est gris, il sort de garde à vue, « J’ai été sevré au commissariat ». Sevré, on ne sait pas, mais privé de force, oui. Son discours tient la route, comme lui : ça roule droit, et ça part en crabe régulièrement. « C’est une contrainte, d’être alcoolique », dit-il à la présidente Aussavy. Une contrainte : ça mène la danse, ça marque le tempo, et ça oblige à toutes sortes d’acrobatie pour sauver la face. L’éthylotest est un bourreau : il parle, il dit ce qu’on dissimule par tous moyens. Avec des taux d’alcoolémie supérieurs à 2 grammes, il crie sur les toits.

Damien X prend un traitement médicamenteux pour soigner ou supporter une dépression. Il a parlé à l’enquêtrice sociale de problèmes familiaux importants dans son enfance, non traités, eux. Il boit et c’est pas d’hier, il sait que sa vie en est dominée, qu’il a perdu la maîtrise, même s’il parvient à sauver sa vie professionnelle. Il le sait suffisamment pour avoir décidé d’entrer en cure de désintoxication, et la vie étant ce qu’elle est, il en a passé le premier jour en geôle. Maître Guignard plaide la cure : « Il a raté le premier jour, mais il peut encore intégrer le protocole. »

Damien X n’avait pas de casier, il a dit que de boire et prendre le volant, c’était « se jeter dans la gueule du loup », et le loup a entendu le message. Le parquet lui rappelle sa responsabilité à l’égard des autres usagers de la route, et le tribunal le condamne à 8 mois de prison intégralement assortis d’un sursis mis à l’épreuve. A lui de jouer.

FSA

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche