Opinion

Etats Généraux de l’Alimentation : 22 mai, un rendez-vous à ne pas manquer !

Communiqué de presse de la FDSEA 71

 

Depuis un an, fidèles à notre ambition d’être un syndicalisme de solutions, nous n’avons pas cessé de dialoguer au plan national avec le gouvernement et la nouvelle majorité, en Saône - et - Loire avec cha que parlementaire.

 

Les agriculteurs, viticulteurs et éleveurs de Saône - et - Loire ne veulent pas seulement être écoutés, ils veulent surtout être entendus , ils attendent des actes !

 

Or , le compte n’y est pas, derrière les belles promesses et les grands discours , les agriculteurs constatent que le m odèle agricole familial dont la finalité reste dans les champs de la producti on et de l’économie, se trouve dans une triple impasse : économique, environnementale et sociale. Pour preuve , le revenu annuel des agriculteurs a chuté de 29% en 2016 et est inférieur à 350 € par mois.

 

L es EGA sont - ils le leurre qui masque les orientations de nos parlementaires : pas de prix, plus de charge et moins de protection ?

 

La distorsion de concurrence croî t chaque jour :

- Les charges nouvelles explosent*

- l es produits européens circulent librement alors que leurs conditions de production sont de plus en plus différentes de celles des agriculteurs français ;

- les a ccords commerciaux n’apportent absolument pas le même niveau de garantie aux consommateurs, détrui sent l’emploi et impactent durablement le revenu des agriculteurs.

Les paysans de Saône - et - Loire attend ent un discours de vérité à l’occasion d u vote en séance publique de l’Assemblée N ationale de la loi sur les EGA .

 

Le temps est venu pour chaque Député de prendre ses responsabilités !

 

C’est possible, aucune charge nouvelle* ne doit s’appliquer, toutes les surtranspositions avec les nor mes européennes doivent disparaî tre et les produits qui sont mis à la disposition des consommateurs français doivent respecter le même niveau d’exigence.

D ES DE CISIONS QUI CONTRASTENT AVEC LE S DISCOURS

 
 

Les premières mesures de la mandature parlementaire se traduisent par une augmentation des charges insupportable, que nul n’a jugé utile de chiffrer précisément ni au gouvernement , ni à l’ A ssemblée N ationale :

✓ Retour en arrière sur la baisse de 7 points des cotisations Maladie des chefs d’exploitation : 120 millions d’euros

✓ Prélèvement de 4,2% sur le 1er pilier pour compenser les promesses budgétaires non tenues : 600 millions d’euros

✓ Suppression du CICE s ans compensation pour les employeurs de saisonniers : 100 à 120 millions d’euros

✓ Suppression de l’exonération de Taxe d’apprentissage : 30 millions d’euros

 

Les dernières annonces, si elles se confirment, sont à sens unique :

✓ Augmentation de la redevan ce pour pollution diffuse : de 0 à 200 millions d’euros

✓ Séparation entre la vente et le conseil d’intervention pour les produits phytosanitaires : de 600 millions d’euros à 1,2 milliard

✓ Conseil annuel d’une journée et demie : 300 millions d’euros

✓ Int erdiction des rabais, ristournes, remises : hausse des prix des phytos mais à quel niveau ?

✓ Instauration de zones de non traitement riverains et biodiversité : près d’un million d’ha potentiell ement retirés de la production

✓ Retrait de substances active s et de produits phyto s sans alternative économique et environnementale viable : distorsion communautaire.

 

Quel secteur d’activité pourrait supporter un tel séisme ?

Pas les agriculteurs dont le revenu moyen est de 350 € par moi s !

 
 

Il revient aux parlem entaires de retirer ces mesures insupportables pour les paysans, c’est une question d’équité et de courage.

 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche