Opinion

Déclaration CFDT préliminaire à la réunion paritaire de négociation

Le contexte et climat national actuel a remis en avant les inégalités sociales et territoriales qui divisent notre pays. La CFDT métallurgie de Saône et Loire s’inquiète d’une situation sociale dégradée qui témoigne d’unesociété française de plus en plus divisée.

Alors qu’une majorité de la population voit son pouvoir d’achat stagner, voire baisser, celui des plus aisés progresse. Les choix fiscaux récents renforcent encore ces inégalités en concentrant la fiscalité sur les classes moyennes.
Des évolutions, encore favorables aux entreprises, entreront en vigueur ou en pleine efficience en 2019, à savoir :

  • -  La transformation au 1er janvier du crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) en baisse de chargespatronales pérennes (6% jusqu’à 2,5 SMIC) et une baisse supplémentaire de 4% au 1er novembre des cotisations patronales au niveau du SMIC.

  • -  La baisse de l'impôt sur les sociétés (IS), qui se poursuit en 2019 avec un taux "normal" appliqué aux entreprises qui passera de 33,3% à 31%, pour aboutir à 25% en 2022.

  • -  L’exonération de cotisations sociales salariales sur les heures supplémentaires à partir du 1er septembre 2019.

    Au sein de nos territoires, dans les différentes entreprises de Saône et Loire, la CFDT ne cesse de revendiquerla mise en œuvre de politiques sociales assumées et responsables pour répondre au mieux aux enjeuxd’emploi, de pouvoir d’achat et plus spécifiquement de reconnaissance, de développement, du maintien et valorisation des compétences.

    Toujours dans un souci de pérenniser les entreprises de la Métallurgie de Saône et Loire et d’améliorer l’attractivité des métiers associés, notre objectif est d’agir sur les rémunérations et lesconditions de travail.

    Aujourd’hui alors que s’ouvrent les négociations paritaire (rémunérations ; prime d’ancienneté...) de laconvention collective de la Métallurgie de Saône et Loire, c’est pourquoi la CFDT appelle le patronat de la métallurgie (UIMM, Union des Industries des Métiers de la Métallurgie) à s’engager vers un partage plus justede la valeur créée. De véritables négociations sur les salaires doivent aboutir afin d’apporter aux salariés une véritable hausse du pouvoir d’achat.

    Depuis de nombreuses années, la CFDT alerte le patronat sur le manque d’attractivité des métiers del’industrie, qui se traduit aujourd’hui par de nombreux postes vacants non pourvus. La CFDT constate également à ce jour que trop de salarié qualifié se situe trop proche du SMIC.

    L’UIMM doit donc prendre en compte ces éléments de contexte et entendre nos revendications afin de faire aboutir une politique salariale digne de ce nom !

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche