Opinion

"Les contre-réformes Blanquer désorganisent nos métiers, désorganisons leur système" plaide Sud Education Bourgogne

Communiqué de presse

La pression exercée par les personnels en lutte a contraint le gouvernement à reculer sur des mesures rétrogrades phares -pas d’affectation sur avis du chef d’établissement, pasde formation obligatoire pendant les vacances, pas de pouvoir hiérarchique aux directeursd’école-. D’ores et déjà la mobilisation s’avère payante !

Sur tout le territoire, des collègues se sont organisés dans leurs établissements etdans leurs villes pour construire ce rapport de force afin d’être entendus. Un appel à la grèvele 17 juin, premier jour des baccalauréats, est né de ces initiatives locales et est largement soutenu par des organisations syndicales des personnels et des lycéens. Cette grève constitue un levier efficace pour stopper les attaques gouvernementales qui dynamitent leservice public d’Éducation nationale.

Toutefois, malgré les avertissements de la profession –notamment le 19 mars dernier- la politique libérale et réactionnaire du gouvernement Macron sous la houlette autoritaire du ministre Blanquer se poursuit à marche forcée avec :

  •   La démolition programmée des lycées professionnels publics : de 30 à 50 %d’enseignements généraux en moins concernant les classes de CAP (en maths/sciences/français/histoire-géographie/arts appliqués). Ce bac pro « Blanquer » en 2 ans au lieu de 3 porte atteinte aux qualifications,

  •   La fin du baccalauréat comme diplôme national et 1er grade universitaire : sélection précoce dès la classe de seconde avec les pseudos choix de « spécialités » qui institue un tri social inacceptable dans le cadre de « Parcoursup »,

  •   L’austérité salariale : stagnation pour ne pas dire baisse des salaires : augmentation de la CSG très partiellement « compensée », gel du point d’indice, rétablissement dujour de carence.

    Sud éducation appelle tous les personnels, grévistes ou solidaires, à se réunir le 17 juin devant les centres d’examens et à se retrouver en Assemblée générale des personnels et usagers à partir de 9h30 devant le rectorat à Dijon.

    Des rassemblements et des actions sont prévus devant certains établissements en Côte d’Or, en Saône et Loire et dans la Nièvre.

    ENSEMBLE PAR LA GREVE DES SURVEILLANCES ET DES EXAMENS MONTRONS AU MINISTERE QUE L'ECOLE N'EST PAS UNE ENTREPRISE, L'EDUCATION N'EST PAS UNE MARCHANDISE

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche