Politique

Actualité parlementaire, élection municipale à Chalon, le député Raphaël Gauvain répond aux questions d'info-chalon.com

Raphaël Gauvain, Député En Marche de la 5e circonscription de Saône et Loire, revient pour les lecteurs d'info-chalon.com sur son début de mandat.

Bien accaparé en qualité de rapporteur de la loi anti-terrorisme, le député de Chalon-Montceau assume avoir été absent du territoire, plusieurs semaines durant. Face aux critiques de ses opposants, qui pointent un député absent, Raphaël Gauvain rappelle "je ne suis pas un élu local". Un pied de nez fait à celles et ceux qui critiquent son absence notamment du côté de Chalon sur Saône. Une précision que son mandant se veut avant toute chose comme un mandat national, "appelant à siéger à Paris". Pour autant, le député précise aussitôt, "je suis à Chalon sur Saône ou sur la circonscription du vendredi au lundi. Je ne suis pas à chercher les rubans ou les flashs des appareils photos. Mon travail n'est pas celui du ciseau et du ruban. C'est un faux procès fait par quelques aigris déçus de leur score aux législatives". Une remarque à peine dissimulée à destination d'élus locaux notamment Chalonnais qui pointent depuis quelques temps, un "abandon territorial".

En qualité de rapporteur de la loi anti-terrorisme, Raphaël Gauvain a eu fort à faire ces dernière semaines et ce d'autant plus que l'actualité terroriste n'a pas faibli. Il assume avoir trouvé cette équilibre et la sortie de l'Etat d'urgence. "C'est forcément temporaire, mais ça ne veut pas dire qu'on ne prend pas en compte la menace. On parle désormais de droit commun et il nous revient de ne pas baisser la garde. Il n'y a aucune rupture. Face au péril, on se doit d'être dans une adaptation permanente de nos dispositifs mais avec des garanties spéciales parce qu'on aborde les libertés individuelles". Raphaël Gauvain salue par ailleurs le "renforcement exercé par le parlement de manière très pointilleuse. C'est fondamental ! alors qu'il nous revient de ne pas désarmer les services de renseignement".

Du côté de l'Opération Sentinelle, "le dispositif a montré son efficacité à Marseille, à Roissy. Son utilité n'est plus à démontrer mais la question d'une refonte du dispositif doit être posée avec plus de crédits et d'hommes affectés".

"Je suis député de la Côte Chalonnaise même si je n'ai pas été invité par la municipalité à la Maison des vins".

Passé le cap de la loi anti-terrorisme, le député Gauvain entend se consacrer à la question de la ruralité avec son homologue de la Nièvre, "et faire en sorte que les engagements pris sur la ruralité soient respectés et notamment sur les dossiers de la désertification médicale ou du dépploiement du très haut débit", avant d'annoncer une rencontre avec le ministère de la cohésion des territoires.  C'est dire que l'avocat n'entend pas s'enfermer dans les thématiques exclusivement tournées vers la justice, mais s'imprégner aussi des questions de ruralité, d'agriculture et bien évidemment viticulture, rappelant "je suis aussi député de la Côte chalonnaise même si je n'ai pas été invité à l'inauguration de la fin des travaux de la Maison des vins".

Des ateliers législatifs localement à venir

"Je nourris mes réflexions à chaque rencontre. Je consacre 250 % de mon temps à mon mandat parlementaire. Je n'ai qu'un seul mandat et j'entends qu'il en soit ainsi. Mon équipe s'est structurée à Chalon sur Saône, avec l'organisation de permanences. Des rendez-vous sont organisés également en mairie de Montceau les Mines. Malgré les sollicitations d'associations, je n'entends pas m'impliquer dans les débats exclusivement Chalonnais".

"Je prendrai mes responsabilités pour les prochaines élections municipales à Chalon sur Saône !"

Raphaël Gauvain, fidèle à son engagement d'être "député à 100 %" n'entend pas cumuler d'autres ambitions. "Je ne serai pas candidat aux municipales de Chalon sur Saône mais j'entends prendre toute ma place dans les futurs débats. En Marche va travailler à mettre en place une équipe  et organiser un groupe de réflexion et de travail pour préparer les échéances municipales. Il sera question d'avoir un vrai projet de territoire à l'échelle de l'agglomération et il nous revient d'entamer une phase de recomposition locale avec une grande alliance qui dépasse les clivages politiciens".

Laurent Guillaumé

 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche