Saône Doubs Bresse

La médaille de bronze du tourisme pour Mireille Fouchécourt et ses 20 ans d’engagement au service du territoire de Saône Doubs Bresse

Tout s’est fait en silence, « dans son dos », sur l’initiative d’Elisabeth Roblot (vice-présidente du Conseil départemental de Saône-et-Loire en charge du tourisme et de l’activité) et de Philippe Decroocq (Président de la Communauté de communes Saône Doubs Bresse). Si bien que Mireille Fouchécourt n’a appris que récemment qu’elle allait recevoir la médaille de bronze du tourisme pour 20 ans d’engagement au service d’un territoire qu’elle défend bec et ongles. Lors d’une cérémonie qui a eu lieu ce vendredi, à Saint-Martin-en-Gâtinois. Le retour d’info-chalon.com.

« Saint-Martin-en-Gâtinois ». Pour le citadin chalonnais, surtout s’il est un peu féru d’histoire, c’est, au mieux, un patelin du Gâtinais, ancienne province du centre de la France située à proximité d'Orléans dans la vallée de la Loire. Sauf que…pas du tout. En effet, il s’agit d’une commune située sur le territoire de la Communauté de communes Saône Doubs Bresse, à quelques kilomètres de Chalon-sur-Saône. Et, vendredi soir, c’était « the place to be ». Pourquoi ? Parce que Mireille Fouchécourt, la présidente de l’office de tourisme œuvrant inlassablement pour faire rayonner ces terres qu’elle défend bec et ongles, y recevait la médaille de bronze du tourisme. Un moment que d’aucuns n’auraient manqué pour rien au monde, à l’instar d’Elisabeth Roblot qui classait spontanément cette cérémonie dans la catégorie de celles auxquelles on assiste par plaisir.

Pour y être, Philippe Decroocq, qui avait durant l’après-midi troqué son costume de président de la Communauté de communes Saône Doubs Bresse pour celui de Nicolas le jardinier, a renoncé à tondre l’intégralité de sa pelouse, laissant peut-être cette dernière dans un état que la morale réprouve. Un autre, le pianiste et peintre Yves Hasselmann (lire ICI),  a quant à lui fait le trajet depuis Belfort.

Une femme qui tient bon... jusqu'au moment où elle obtient ce qu'elle veut

Pourtant, à écouter les discours des uns et des autres, cette Mireille Fouchécourt, qui leur mène à tous une vie plutôt dure, ils aimeraient bien l’oublier parfois. En effet, à les en croire, quand Mireille Fouchécourt veut quelque chose, elle l’obtient, y compris par des moyens légaux. Comme dans les slogans de défilés syndicaux ou estudiantins, elle ne lâche rien. De son propre aveu, celle-ci concèdera même à l’issue de la cérémonie qu’elle tient bon… jusqu’au moment où elle obtient ce qu’elle veut.

Alors, syndrome de Stockholm version Saône Doubs Bresse ? Amour vache ? Forme de sadomasochisme soft ? Pour peu que l’on y réfléchisse quelques instants, rien de tout cela en réalité, du moins rien qui ne puisse être qualifié de relation humaine déviante. Cette femme, ils voulaient tous être à ses côtés lorsqu’elles recevraient sa médaille de bronze du tourisme parce qu’au fond, ils l’apprécient. Même si elle les bouscule, leur décoche « une idée à la minute » (François Bonnot, maire de Verdun-sur-le-Doubs) et fait le siège de leur bureau jusqu’à ce qu’ils craquent nerveusement, ils savent qu’elle le fait pour mettre en valeur leur territoire. Et que sans cette énergie et cette détermination qu’ils lui reconnaissent tous, certaines choses, peut-être, ne se feraient pas et ne ferait pas connaître la région jusqu’en Grande-Bretagne (la BBC va prochainement réaliser une émission dédiée au territoire), en Allemagne ou dans d’autres pays européens.

S’ils étaient là, c’était aussi pour lui dire de continuer d’être Mireille Fouchécourt. Car, à écouter Philippe Decroocq, Elisabeth Roblot (vice-présidente du Conseil départemental de Saône-et-Loire en charge du tourisme et de l’attractivité), Georges-Louis Chatry (le maire de Saint-Martin-en-Gâtinois) ou Jean-Paul Diconne (conseiller départemental du canton de Gergy), sa médaille, qui récompense 20 ans de bons et loyaux services en faveur de la promotion touristique de ce territoire où cette provençale a choisi de s’établir, elle ne l’a pas volée. Mais alors vraiment pas du tout.

Mireille Fouchécourt : "L'équipe arrivée avec Philippe Decroocq m'a redonné beaucoup d'entrain"

Evidemment, devant autant d’éloges, Mireille Fouchécourt aurait pu se contenter d’être sur un petit nuage. C’est en réalité en proie à l’émotion qu’elle a pris la parole. Pour dire que depuis 2014, avec l’intercommunalité présidée par Philippe Decroocq, même si celui-ci ne répond pas toujours au téléphone, elle a enfin trouvé une équipe ambitieuse pour ce territoire qu’elle aime. Une façon – polie – de dire qu’avant cette date, elle a peut-être éprouvé, trop souvent, l’étrange sensation d’être une sorte de Don Quichotte montant à l’assaut de moulins à vent.

 Samuel Bon

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche