Saône et Loire

A Chalon sur Saône et dans toute la Saône et Loire, les sapeurs-pompiers ont besoin de votre soutien !

Depuis le mois de juin, la grève nationale est très suivie, à Chalon sur Saône, comme partout ailleurs. Le ras-le-bol est générale et des réponses musclées doivent être apportées aux sapeurs-pompiers avec au moins la reconnaissance de la dangerosité de leur métier. Les explications d'info-chalon.com.

Voilà encore des professionnels de notre sécurité quotidienne qui sont face à un mur. Un mur peu adepte des réponses pragmatiques à leur apporter. Depuis plusieurs semaines, le mouvement de grève nationale visant à se pencher définitivement sur le sort statutaire des "soldats du feu" s'intensifie mais rien n'avance. Vincent Franchi, délégué du personnel du syndicat majoritaire SASPP-PATS 71, a livré à info-chalon.com son amertume face à une situation qui risque de laisser des traces tôt ou tard. Pour le moment, le mouvement de grève n'impacte en rien l'activité des sapeurs-pompiers professionnels de Chalon sur Saône par exemple, mais sans réponse formelle de la part des autorités, les choses pourraient prendre une toute autre tournure. "On arrive à des situations de burn-out chez des pompiers, c'est du jamais-vu précise" le délégué du personnel. 

"C'est simple à Chalon sur Saône, on est passé de 5000 à 7000 interventions par an en l'espace de 10 ans, sans un moyen humain en plus" déplore Vincent Franchi. Entre temps, la situation sociale s'est profondément détériorée, y compris en zone rurale, avec des menaces et des violences régulières à l'égard des sapeurs-pompiers en intervention. 

"On ne réclame pas d'argent, on veut juste la reconnaissance d'un métier à risque"

"Quand j'entends dire que les pompiers seraient les favorisés de la République, je me demande bien de quoi on parle" rajoute Vincent Franchi, qui rappelle "qu'on ne réclame pas d'argent, on veut juste la reconnaissance de notre métier comme un métier à risque". Une reconnaissance qui de facto permettrait de passer de 19 à 28 % en terme de prime de risque. "Il est quand même incroyable de ne pas considérer les risques pris par les uns et les autres pour sauver chaque jour des vies".

70 euros/an/habitant... c'est ce que coûte un pompier professionnel à chacun d'entre nous

A la question de savoir le coût d'un sapeur-pompier professionnel par habitant, la réponse est toute simple pour Vincent Franchi, "70 euros/habitant et par an. C'est le coût national d'un sapeur-pompier !". La grande question à l'heure des prochaines échéances municipales est peut-être de poser sur la table cette question, puisqu'il appartient aux collectivités locales de participer au pot commun. Qu'est ce que 70 euros/an/habitant lorsqu'il s'agit d'intervenir 24H/24h, 365j par an et quelque soit la métérologie ? Il appartient aux parlementaires locaux de saisir de ce dossier et d'apporter leurs soutiens à un certain nombre de doléances et à minima à celle de la reconnaissance du métier à risque.

La mobilisation de l'été contient également un certain nombre d'autres doléances telles que "le retrait du projet de loi de transformation de la fonction publique, le maintien des libertés syndicales et démocratique, la garantie de la pérennité de la Caisse Nationale de Retraite des Agents des Collectivités Locales(CNRACL) et l’institution d’un dispositif de portabilité des droits pour les agents de la catégorie activeen déplafonnant les 1 an pour 5 ans et en supprimant les sur-cotisations ou encore de  prioriser les préoccupations relatives aux questions de protection de la santé et de la sécurité pour les agents des Services Départementaux d'Incendie et de Secours (temps de travail, respect de la directive 2003-88/CE et de ses jurisprudences, dispositions adaptées face aux agressions subies par les sapeurs-pompiers, cancers liés à la toxicité des fumées).

 

Une pétition avec déjà plus de 30 000 pétitionnaires et un rassemblement ce samedi à Chalon sur Saône Place de Beaune

Ce samedi, c'est une opération de sensibilisation départementale qui prendra place Place de Beaune à Chalon sur Saône. A l'appel de l'intersyndicale avec Avenir Secours et la CGT, dès 10h du matin, les sapeurs-pompiers professionnels distribueront des tracts visant à expliquer au grand public les raisons de leur grève. Des raisons qui ne devraient même pas exister au regard du bien-fondé de leur existence même. En l'espace d'un mois, la pétition a déjà réuni plus de 30 000 pétitionnaires... et il ne reste plus que votre signature à apporter ! Samedi, réservez-leur le meilleur accueil qu'il soit ! 

Pour apporter votre soutien à la pétition en ligne 

Laurent Guillaumé 

 

 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche