Haro sur la vente en ligne... le vrai-faux débat du moment !

L'édito du jour sur info-chalon.com

Il aura fallu un deuxième confinement pour entendre fleurir les critiques sur la vente en ligne, sur la toute-puissance d'Amazon et on en passe  sauf que la réalité du moment, c'est que seulement 32 % des entreprises françaises disposent d'un site internet et on ne parle pas d'un site marchand qui permet aux consommateurs d'avoir accès à votre catalogue de produits mais aussi la possibilité de les acquérir directement depuis son canapé. Terrible constat et pourtant seuls ceux qui ne voulaient pas ouvrir les yeux ne voyaient pas le deuxième confinement qui se profilait. 

Nombre de voix se sont élevées pour dénoncer l'impréparation de l'Etat face au COVID19 mais finalement au plus proche de nous que s'est-il passé en terme de préparatifs ? Nous avons tous voulu voir la sortie du tunnel comme un retour au monde d'avant, celui où le consommateur se déplace et vient frapper à votre porte. Là encore, le monde a changé et cela ne date pas d'hier ! On en veut pour preuve les capitalisations des deux poids-lourds mondiaux du e-commerce que sont Amazon et Alibaba, son homologue chinois qui débarque à une vitesse insoupçonnée. 

Plus près de Chalon sur Saône, en 2014, le candidat Gilles Platret s'était engagé en terme de promesse de campagne électorale à "mettre en place un site internet de commerces en ligne pour les commerces chalonnais"... et "en lien avec Amazon". Depuis les années se sont écoulées sans que finalement l'eldorado tant évoqué par certains ne se concrétise à ce jour. Faut-il y voir là aussi une impréparation ? ou notre incapacité à voir le temps long ? 

Au printemps dernier, combien de maires vent debout contre le gouvernement ont pris des arrêtés municipaux  interdisant aux maraîchers et autres producteurs locaux de vendre dans des endroits définis, renvoyant les consommateurs de facto vers la grande distribution. Il se sera même passé trois semaines à un mois avant que les municipalités reprennent la main et s'organisent.. mais entre temps ? 

En six mois, entre ces deux confinements, combien de commerces chalonnais ont anticipé la situation en investissant dans une plate-forme de commerce en ligne ? Depuis le départ du 2e confinement, l'Etat a fait savoir qu'il n'interdisait pas aux commerçants de livrer, de prendre des commandes et de continuer leurs activités économiques, combien d'entre eux ont fait le choix finalement de s'adapter à cette nouvelle donne ? 

Finalement la seule réponse apportée par le gouvernement à la grogne des commerçants aura été de mettre sous clés les rayons des supermarchés jugés là encore non indispensables plutôt que d'être dans l'anticipation, celle d'épauler les commerçants dans leurs campagnes de communication sur le web, de les aider à financer des plates-formes de vente en ligne... bref de s'adapter à cette consommation en ligne. 

Pourquoi acheter sur Amazon ? Loin de nous de défendre un modèle économique qui ne correspond pas à notre manière de voir le monde mais le monde avance, avec ou sans nous et jouer la carte du nombrilisme n'arrangera en rien les affaires de l'entrepreneuriat français.  Ce mardi, le gouvernement a fait savoir une diminution sur les frais postaux pour les libraires français... franchement pathétique décision quand on sait qu'une commande prise sur Amazon ne vous coûte globalement rien en frais postaux ! A quand un vrai accompagnement des acteurs économiques pour jouer à armes égales ? Là encore le sujet est posé mais faut-il la volonté politique... et elle n'est que politique ! 

Nombre d'acteurs économiques de la création de sites internets nous ont fait savoir une croissance démentielle du nombre de sollicitations sauf que là encore .... avez-vous une seule idée du temps que prend le développement d'un site de vente en ligne ? Un vrai site... évidemment avec toutes ses caractéristiques et les précautions adéquates à destination du public ? Comme si en l'espace d'un claquement de doigts, tous les retardataires allaient pouvoir s'équiper avec le risque d'avoir des outils peu ou pas adaptés finalement. 

Une proposition de défiscaliser les insertions publicitaires sur les médias 

Une proposition de loi avait été préparée il y a quelques mois par la majorité parlementaire afin de permettre aux commerçants et entrepreneurs de bénéficier d'une déduction fiscale à la hauteur de la TVA, histoire de les épauler dans leurs communications digitales notamment. Une proposition de loi morte née finalement ! 

A quand une déficalisation attribuée aux commerçants et petites entreprises afin qu'elles s'adaptent au monde d'aujourd'hui en développant leurs commerces en ligne ? Là est le vrai sujet... et nul autre, encore moins celui de taper sur la vente en ligne ! 

Facebook, le nouvel Eldorado ? Là aussi le paradoxe bien Français puisque nombre d'acteurs locaux font le pari de cet outil pour assurer leurs survies, ne se posant même pas la question ... sur le règlement des impôts sur le sol national de cette multinationale américaine. L'occasion de préciser à toutes fins utiles qu'en ce qui concerne info-chalon.com, Facebook ne représente que 9 % de son flux quotidien. C'est dire que nombre de lecteurs ne sont pas connectés ou ne passent pas par les réseaux sociaux... 

Click and Collect pour les uns.. et ceux qui n'ont pas de site internet ? Et bien le Call and Collect, voilà les astuces et comme le disait si bien Giscard d'Estaing, "En France on n'a pas de pétrole mais des idées"... alors on y va ! Et n'oublions surtout pas dans ce débat, celles et ceux victimes de la fracture numérique et qui contrairement aux apparences, sont bien plus nombreux que ce qu'on pense. 

Laurent Guillaumé 

 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche