La commémoration du 11 novembre à Givry s'est adaptée au contexte sanitaire et sécuritaire du moment

La municipalité givrotine a en effet souhaité maintenir ce devoir de mémoire, qui s'est déroulé en présence d'un nombre limité de personnes, encadré par des gendarmes armés, le tout bien sûr dans le respect des gestes barrières.

 

Cette cérémonie a respecté scrupuleusement les instructions interministérielles, à savoir la présence de seulement 10 personnes, et l'absence des représentants des anciens combattants, considérés, eu égard à leur âge, comme des personnes à risque.

 

La participation s'est donc limitée à certains membres du Conseil Municipal, à Sébastien Martin, Conseiller départemental du canton de Givry et aux forces de sécurité présentes sur la commune.

 

Sébastien Ragot, Maire de Givry, a lu le message de Geneviève Darrieussecq, Ministre déléguée auprès de la Ministre des Armées, chargée de la Mémoire et des Anciens combattants, qui rappelle entre autres, que nous marquons cette année, le centenaire de la tombe du soldat inconnu, qui a été créée en novembre 1920, pour rendre hommage aux combattants, morts pour la France.

 

Il a aussi précisé que nous fêtions cette année le centenaire du Monument aux morts givrotins, dont la création a été décidée lors du Conseil municipal du 11 septembre 1919, en hommage aux 98 givrotins, morts pour la France durant la première guerre mondiale.

La décision avait été prise à l'époque de l'installer place de la Libération (actuellement place de la Poste), et de lancer une souscription pour assurer son financement.

 

Il a enfin eu une pensée « émue » pour les anciens combattants, qui n'ont pu être présents ce jour, mais aussi pour les soignants, les aidants et les forces de sécurité, qui pour lui « servent les valeurs de la République, dans ces moments particulièrement difficiles »

 

 

 

 

 

Annonces

Météo locale

Météo
  • Min
  • Max

Recherche